Lettre ouverte à François BAYROU

Michel BIDAULT

Chemin de Chiffaud

30760 Saint Julien de Peyrolas

 

 

à

 

Mr.François Bayrou
Mouvement Démocrate
133bis, rue de l'Université
75007 Paris

 

Le 29 avril 2013

 

 

 

 

(Lettre ouverte à Monsieur François BAYROU

sur site http://www.saintjuliendepeyrolas.com/)



Bibliographie : De la vérité en politique(F.Bayrou, ancien ministre) La politique telle qu'elle meurt de ne pas être janvier 2011(Alain Juppé,Michel Rocard, anciens premiers ministres) On nous ment mars 2011 (Olivier Pastré professeur d'économie Université Paris VIII,Jean-Marc Sylvestre docteur en sciences économiques)

 

Monsieur le Ministre, Cher Monsieur BAYROU,

 

 

J'ai peur pour mon pays. La perte de votre circonscription des Pyrénées n' a fait qu' accroître mes craintes. J' imagine non seulement votre déception mais aussi celle des vôtres ; La mienne est grande, car dans un premier temps, je voyais s'envoler l' espoir de vous voir redresser notre pays : c'est la raison de ma lettre. Quelle déception ! Alors que nous allons « droit dans le mur », les électeurs de votre circonscription décident de « renvoyer les bons à la maison » !

J'ai lu vos livres : Henri IV un roi libre - Au nom du tiers état - Etat d'Urgence - De la vérité en politique. C'est par eux que je pense vous connaître et que j'ai acquis la certitude de votre honnêteté.

Je ne crois plus aux autres candidats : Nous les avons déjà vus à l' œuvre, leur sectarisme n'est plus à prouver et pas toujours aisé à détecter, je pense entre autres à Michel ROCARD et Alain JUPPE pour lesquels il a fallu un journaliste de la trempe de Bernard GUETTA (B.G) pour le mettre en lumière. Lire leurs réponses à B.G qui leur demande page 39 de leur livre, « …, serait-il possible que vous vous retrouviez un jour dans le même parti ? » Les raisons avouées : position partisane, refus d'ouverture. Édifiant , non ? Pour les amener au MODEM, il nous faudra un tire-fort !

Le vent tourne et voici, enfin, le moment venu pour vous de nous tirer de là. La perspicacité de votre analyse et votre honnêteté qui sont à l'origine du climat qui se dessine en votre faveur en sont certainement la principale explication. C'est donc à vous qu'il appartient de consolider cet élan.

Toutefois, permettez-moi de vous confier mes craintes :

Dans votre livre, page 14, vous faites état de l'attitude de Winston CHURCHILL qui accusa son premier ministre de ne pas prendre en compte la situation d'urgence de l' Angleterre. Bref ! Il a tapé sur la table alors qu'il était le plus décrié des hommes politiques de son pays ! Votre situation est analogue. Alors, êtes vous prêt à taper sur la table, sans oublier ce qu'avait dit W. CHURCHILL, à savoir, « il faut reconnaître que parfois les ânes ont raison ?. » et, aussi « ...la démocratie est le moins mauvais des systèmes. »

Voici mes craintes par ordre décroissant :

  1. La dette : Aurez-vous le courage de dire aux Français qu'un emprunt forcé est indispensable, que cet emprunt donnera lieu à remboursement par l' État dès l'extinction de la dette, augmenté d'intérêts, au taux du livret A par exemple, que le français qui ne peut mettre que 5 € par mois devra être concerné, que celui qui peut mettre 1000 € le sera pareillement etc … même s'il faut créer un nombre important de tranches. Ce serait pour nous la certitude de voir notre effort affecté à la diminution de la dette. Un danger se profile car certains commencent à envisager de ne pas rembourser la dette. Ce qui m' inquiète de votre part, page 48, « … il est une escroquerie de laisser croire qu'on pourrait renoncer à rembourser la dette. …. si la menace prenait corps à l'endroit de nos engagements, personne n'accepterait plus de nous prêter. » Oh ! Là, là ! Vous luttez vigoureusement contre la dette, et vous envisagez d'emprunter de nouveau ! Vous dites bien, page 88, « … chaque foyer français y est engagé pour 70000€ qui devront être prélevés sur son travail et son épargne. » En remboursant de cette manière, nous serons certains de l'affectation de notre effort. Il faudra, bien sûr, en fixer la durée.

  2. L' Europe : Comment voulez-vous que les français ne soient pas lassés : Suivant les partis politiques, elle nous coûte 5 à 8 milliards d'€ par an, et pour quels résultats ? L' Europe de la défense n'est pas faite, pas plus que l'Europe sociale, non plus celle de la fiscalité. Il aurait fallu asseoir l'organisation à neuf membres avant de continuer. Curieusement, on voit se dessiner le détachement de l'Europe du Sud. Il va vous falloir taper sur la table là aussi ! Droits de douane des produits chinois importés : Vous êtes certainement au courant mais combien de français le sont. (source : Direction Générale des Douanes et Droits Indirects) « Avis aux importateurs de certaines parties de bicyclettes originaires de Chine) L'avis de la commission concernant les parties exemptées conformément au règlement (CE)n°88/97 de la Commission relatif à l'exemption des importations de certaines parties de bicyclettes ...extension du règlement (CE)n°71/97 du Conseil du Droit Antidumping institué par le règlement (CEE)2474/93 du Conseil, maintenu par le règlement (CE) 1095/2005 du Conseil et n°990/2011 du Conseil) est modifié par ce nouvel avis. » Le Général DE GAULLE avait qualifié l' ONU de « MACHIN » l' Europe n' est-elle pas devenue le « MACHIN n°2 » . Les magasins situés aux alentours de notre village sont envahis de produits chinois, indiens, etc … produits d'une concurrence déloyale parce que réalisés par des travailleurs dont le salaire moyen, en chine, oscille entre 450 et 600 €/mois pour SMIC brut france 1430€. Pourquoi ne pas établir des droits de douane qui tiendraient compte des conditions de travail et des salaires des pays importateurs ?

C'est un mensonge de dire que nous nous renfermerions sur nous mêmes en assimilant droits de douane et fermeture des frontières. Nous en avons assez d'être considérés comme des personnes capables de ne raisonner qu' en binaire ! Les frontières, comme une porte, peuvent-être totalement ouvertes, grandement entre-baillées, presque fermées, totalement fermées.

 

  1. Gouvernement d' Union Nationale : Ce que je souhaite ardemment. Il implique aucun sectarisme tel que vous le prônez depuis des années. Alors ! Mr. BAYROU, merci de nous indiquer quelles sont les mesures bonnes pour la France que vous puiserez dans tous les partis politiques sans exception. Vous aurez la tâche particulièrement difficile de la négociation, j'espère que vous n'y perdrez pas votre âme !

 

Bibliographie : De la vérité en politique(F.Bayrou, ancien ministre) La politique telle qu'elle meurt de ne pas être janvier 2011(Alain Juppé,Michel Rocard, anciens premiers ministres) On nous ment mars 2011 (Olivier Pastré professeur d'économie Université Paris VIII,Jean-Marc Sylvestre docteur en sciences économiques) J'ai puisé dans les livres de la bibliographie citée , les lignes particulièrement graves qui devraient alerter tous les Français. J'ai avancé quelques commentaires qui n'épargnent pas leurs auteurs, vous y compris et je vous demande de bien vouloir m' en excuser. Vous parlez de vérité, ce sont les miennes !

 

( Elections présidentielles 2007 : Mme  Ségolène  ROYALE 9 500 112 25,87%, (voir l'opinion de M.Rocard dans les extraits ci-après : si les électeurs en sont là, voter pour une personne dont on appréhende l'élection, signifie bien que les candidats présentent des compétences douteuses et qu'ainsi le vote est un pis-aller !)

Mr François BAYROU 6 820 119 18,57%)

(NB. : presque 7 millions de voix : où sont-elles passée?)

Voici donc mon opinion : Votre livre : « De la vérité en politique » dont la pertinence incontestable de l'analyse des problèmes de notre pays n'a fait que conforter mon opinion sur votre honnêteté. Par contre, pour répondre à la question des pertes de voix, permettez-moi de vous dire que votre encouragement à voter F.HOLLANDE y est pour quelque chose, car il constitue un glissement vert un parti de CENTRE GAUCHE. Alors non ! Le centre c'est le centre,nous savons où nous mène le franchissement des limites, appelé il y a peu « faire bouger les lignes. » sans bien préciser dans quelle direction.

Mais à mon avis, les hommes politiques honnêtes, et perspicaces dans leur analyse, n'étant pas particulièrement nombreux parmi les présidentiables, ce n'était pas une raison de ne pas voter pour vous.

Par contre, ce qui me gêne dans ce livre, c'est le point commun que vous avez avec de nombreux hommes politiques : Les électeurs qui n' ont ni la culture que vous avez, ni le temps qu'il faut consacrer à la politique, accaparés qu'ils sont par leur travail, quand ils en ont, le stress, les soucis familiaux, les temps de transport exorbitants, sans oublier la santé etc... Car il en faut du temps pour se faire une opinion : Et comment voulez-vous acquérir la certitude que l' on vote pour la bonne personne quand on lit les livres cités dans la bibliographie ?

Des Présidents de la République, des premiers ministres, des économistes de renom sont mis en cause !

 

Alors, Mr BAYROU, je vous en prie, avec pour base cet excellent livre « De la vérité en politique », résumez pour nous ce que vous ferez si vous êtes appelé à nous sortir de là comme je l'espère, et ce, en précisant, après chaque analyse, la décision que vous prendrez quand vous serez aux responsabilités. Le recours à votre personne, qui se dessine, provient de la pertinence de votre analyse, mais, vous m' en excuserez, si le MODEM rencontre des difficultés dans son développement, le manque de précisions dans les décisions qui seront prises et la fermeté du discours en sont la cause pour une bonne part.

Il vous faudra publier un programme rigoureux dont les sujets « clivants » ne seront pas écartés :

Rembousement de la dette Europe Immigration Droits de douane.

 

 

 

« On nous ment »(Olivier Pastré, professeur d'économie Université Paris VIII),Jean-Marc Sylvestre docteur en sciences économiques :

2011 Page 29 « La crise est finie, c'est le mensonge qu'on a le plus entendu …...De la bouche même du Président de la République, la crise qui a éclaté dans l'immobilier américain est une crise américaine. Je ne vois pas pourquoi elle affecterait l'économie européenne et notamment française. »

« C'est Christine Lagarde, la ministre de l' économie, qui, quelques mois plus tard, nous assure au JT de 20 hres, que l « la France est assez bien protégée pas ses amortisseurs sociaux.Nous allons forcément connaître un petit ralentissement mais nous savons déjà que la reprise est au coin de la rue. ».

O.Pastré,J.M.Sylvestre (p;165) : « L' Europe va imploser. Ce n' est plus un mensonge, c'est un monument de bêtise. ….Comment se fait-il que les contre-vérités les plus criantes parviennent à s'imposer au bon sens ? Mystère.....La probabilité qu'un des 27 membres de l'Union Européenne la quitte ….elle est de 0%.

Les fondations de l' édifice européen sont pourtant mal assurées. (p.189 ..Le potentiel des pays émergents est considérable. La crise leur rend service. ..(p.221) ...le mensonge a toujours existé, il a atteint aujourd'hui une banalité qui fait de lui une véritable drogue. ...(p.230) Après la Grèce, après l'Irlande, après le Portugal, l'Europe tout entière est au chevet de l'Espagne … et ce qu'on craint pardessus tout, c'est que par contagion la France craque aussi. »

 

« La politique telle qu'elle meurt de ne pas être » (Alain Juppé A.J, Michel Rocard M.R., débat avec Bernard Guetta B.G.:

B.G. : p.29 « Michel Rocard, lorsqu'Alain Juppé dit qu'il n'y a qu' une feuille de papier à cigarette entre son gaullisme et votre sociale-démocratie, est-ce que …. » (Alain Juppé à Michel Rocard) « … mais le fait est que, concrètement parlant, ça ne met qu'une feuille de papier à cigarette entre nous. » . ( A.J : « Après la faillite de Lehman Brothers, par qui ce marché international est-il sauvé si ce n'est par les Etats ? Alors, je sais bien qu' après, ils ne s' en sortent pas, qu'il sont toujours en difficulté … M.R. « Voilà, Vous le dites ... » B.G. p.34 « Alain Juppé, est-ce que la feuille de papier s'épaissit entre Michel Rocard et vous ? » A.J. : « Je crains que non (Allez dire au FN qu'il se trompe après ça en baptisant ces deux partis en un seul UMPS), sauf sur un point, Michel dit « L' économie de marché ne fait pas partie de notre définition. » , alors que pour moi on n' a trouvé aucun autre système efficace pour produire de la richesse . » M.R. : « … la gauche était imbécile et non présentable. » B.G. : « Imbécile et non présentable parce qu' elle était à la fois Guy Mollet et le communisme ? M.R. : « Le communisme était le facteur majeur dans l' imbécillité .. » B.G. : p39 « …, serait-il possible que vous vous retrouviez un jour dans le même parti ? » M.R. : « Très difficile, car l' appartenance partisane ... » A.J. : Sur ce point, même réponse. Je n'envisage pas trente secondes d'adhérer au Parti Socialiste... non plus trente seconces de participer à une ouverture» (ET ça, ce n'est pas du sectarisme?) M.R. : p.49 « (NB : il s'agit du congrès du Mans) … j'ai failli commencé un papier dont le titre aurait été « Hourra ! Jaurès à gagné ! » … mais Hollande monte à la tribune : « Maintenant, dit-il, il faut faire la synthèse. » C'était reparti ! On remet les défenseurs de l' économie administrée au bureau national …. une instance de direction qui ne peut pas prendre une décision sans être parvenue à l'unanimité. »(... déjà Mr.HOLLANDE) M.R. : p82 « … j'ai voté Ségolène Royale avec, au cœur, la terreur qu'elle gagne ...p83 … j'ai vécu le G20 en me disant :  « Grand Dieu, si c'était Ségolène qui conduisait les affaires de la France ! ... » et vous me permettrez de ne pas terminer ma phrase. »

(Si les électeurs se mettent à voter pour des gens dont ils ne souhaitent pas l'élection, où va-t-on ! ! ! M.R. > à A.J. p 105 « J'ai beaucoup de choses à dire mais la première, c'est que la recherche d'une véritable hostilité va être difficile : je suis d'accord avec les quatre cinquièmes de ce que vous venez de dire. »(Allez dire au FN qu'il se trompe après ça en baptisant ces deux partis en un seul UMPS)A.J. : p120 « … la situation est préoccupante. Je la crois même grave … ce mot faillite pourrait finir par convenir... » M.R. : « … on ne peut pas continuer à emprunter quelque 300 milliards par an. La situation est extrêmement préoccupante... l'essentiel est de traiter la chose dans des conditions non anesthésiantes... » (N.B. Le problème du remboursement de la dette ne date pas d'hier et nous continuons à nous endetter chaque année, et les palabres continuent !) Mr BAYROU votre analyse pertinente demande que vous nous sortiez de là, vous êtes cité bien des fois, alors ? C' est à vous : M.R. : p204 « … le protectionnisme est une catastrophe. … il va bien falloir expliquer aux Chinois que nous avons des raisons sociales de ne pas accepter que nos pays soient mis sens dessus dessous car c'est là que nous allons tout droit, crise politique à la clé. Je ne sais pas à qui elle profitera, Le Pen ou Besancenot ….ils gagneront en écoute, l'un ou l'autre, ou les deux. »A.J. : p228 « … on s'interroge sur la pérennité de l'euro … c'est que l'Europe n'a pas bien fonctionné. La commission a été taisante. ...l'Union a montré de graves carences ... »

 

De la vérité en politique (François BAYROU) :

p22 « Au début des années 90, Michel Rocard entreprit un effort de sincérité et de pédagogie qui visait à mettre sous les yeux des citoyens le problème des retraites, et celui de la protection sociale. Mitterrand en fut très vite insupporté. Alain Juppé s'avança avec témérité à l'automne 95 pour traiter la question des régimes de spéciaux …. il fut contraint d'abandonner son projet.... Très tôt, au début du quinquennat précédent, … François Fillon déclara qu'il se trouvait à la tête d'un état en faillite. C'était courageux et juste. Il se fit taper vigoureusement sur les doigts. … la formule fut reprise au début de l'année 2013 par Michel Sapin. Dans l'heure qui suivit, il fut contraint de se démentir.P72 (NB. En parlant de Raymond Barre) « Il pensait que nous pouvions être meilleurs que l'Allemagne, en tout cas aussi bons. Il redoutait la dette galopante et transmettait à ses proches et à ses amis, dont j'étais, la hantise de voir les générations aînées trahir par légèreté les générations plus jeunes. Preuve aussi que ces deux anciens premiers ministres étaient sous la tutelle de leurs présidents respectifs. Solution : J.P.Chevènement « Quand on est pas d'accord on ferme sa gueule ou on démissionne. » (NB. mais si on la ferme on est complice.)

P77 « Car la perte de confiance des citoyens dans leurs élus, à terme dans leur système politique et leur démocratie, ne peut connaître que deux issues. Soit un soubresaut de déstabilisation par les extrèmes... d'où sortiront de grands malheurs. Soit une ère nouvelle en politique, dans laquelle la vérité aura droit de cité. Une démarche politique qui tourne le dos au bluff. M.R. : Entre Mitterrand et moi. Je suis en train de vous dire ce que c'est que ma découverte d'un vrai réformateur. J'étais en train de vous expliquer en quoi Mitterrand, finalement ne l' était pas et, ….que Chirac ne l'était pas beaucoup plus ... » (N.B. : Nous savons ce qu' est devenue « La fracture sociale » )

 

(Source : L'Expansion.com avec AFP - publié le 29/03/2013 à 07:54)

    1. Plus que les 89,9% du PIB prévus par le gouvernement, la dette publique a atteint 90,2% du PIB, a annoncé vendredi l'Insee

    2. Et la fête continue ! : Voici ce qu' un ami me transmet par mail à la suite de l'interview du remplaçant de Mr Jérôme CAHUZAC, Mr Bernard CAZENEUVE : « Sujet : Re:Bernard Cazeneuve invité du Grand Jury RTL/ LE FIGARO/ LCI/ du 7 avril 2013 Vidéo DailymotionPour moi il est clair qu'il n'a pas envie de fouiller pour trouver le faux certificat fiscal, alors qu'il est le  mieux placé pour ça. D'ailleurs ré-écoute bien, il dit: " je n'ai pas envie de..." !!!

      http://www.dailymotion.com/video/xytz9j_bernard-cazeneuve-invite-du-grand-jury-du-7-avril-mars-2013_news?start=389#.UWLUn9tXuPo

    3. Je vous souhaite bonne chance et bon courage.

Respectueusement à vous,



Michel BIDAULT

 

 

 

 

 



  1.  


     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.