" JE SUIS MOZABITE " .

Je suis Mozabite car le M'ZAB est l'Algérie , c'est l'Algérie , c'est l'Algérie triomphante , celle qui réussi , celle des affaires avec la morale , celle du sérieux et du travail qui paye , celle qui lutte en milieu hostile pour sa survie et son mode de vie , celle qui subit telle une Palestinienne les tentatives d'arrachement d'un régime de racailles devenues frénétiques.

Ils savaient tous dans cette vallée du M'zab que ça finirait par retomber sur leur têtes devant le spectacle de la gestion du pays depuis 30 ans , Aït-Ahmed étais passé par là , mais il fût un temps où les Algériens en charge de l'économie avaient le respect de la parole donné et la crainte de Dieu et de l'empereur d'Alger ... Le règne des Bouteflika a fait sentir aux Mozabites qu'ils n'étaient pas des Algériens comme les autres ... les destructeurs de l'économie nationale veulent toujours leur tordre le bras , leur prendre leur pognon , casser leur conservatisme et les faire passer à la caisse de la corruption comme le reste du peuple .

Si il y a encore des aveugles qui n'ont pas perçu l'une des facette du pouvoir Algérien qui n'a pas hésité à mettre le feu à GHARDAIA , en opposant des Algériens à d'autres Algériens , une vieille rancune tenace et contenue vis à vis du magot des Mouzabites , une tentation pour ces " vampires de la république" devant le coffre fort que représente cette ville , ancienne capitale du tourisme international ... Si les années 90 de braise avaient entamé l'économie locale de ce joyau  d'architecture Saharienne  , les hordes des pillards de l'Algérie avaient décidé de l'achever .

Ghardaia est victime comme le reste du pays du néo-colonialisme asséné par des personnages qui avaient décidé de saccager tout ce qui est beau , intelligent , créatif , innovant et moderne venant de leur peuple ... ils voulaient tout manger , avoir le monopole absolu sur tout ce qui produit de la richesse .Et quand une communauté lui tient tête , ils n'hésitent pas à  réveiller et déclencher une bonne vieille guerre tribale pour asservir tout le monde .

EN plein Intifadha du 22/2 , les Algériens ne doivent pas se tromper d'objectif ni manquer leur cible , ils ont prouvé que leur mobilisation reste entière ; les conflits et les divergences , les différences et les appartenances sont tous rangés dans l'attente d'une gouvernance civile sans sang sur les mains et sans foin dans le ventre .

Qui a le toupet de rire de la situation actuelle de L'Algérie ? qui ricane doucement dans son coin ? ... Et qui prie tout les jours pour que la révolution des vendredis ne s'arrête pas ? La proposition de dialogue des militaires n'a pas de sens cohérent si elle se réalise sans le peuple ou sous les bottes . La contre-proposition des Algériens libres et unis est de les laisser se débrouiller entre eux ... Donnons nous , enfin , la peine de les écouter .

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.