UN "TOUFIK" AU BOEUF CARROTTES , UN !

" Mijote , mijote ... tu n'as pas assez mijoté " , un certain 11/9 t'a sauvé de la justice mondiale ... la mort a toujours arrangé tes affaires , alors laisse toi cuire à feu doux , cela vaut mieux pour toi que de finir dans le brasier révolutionnaire ... Les Algériens libres ne laisseront à personne d'autre le soin de te juger .

Lui , le doyen des éradicateurs , l'homme au coffre d'or (plein de dossiers hautement explosifs) , ancien "dieu" de l'Algérie , avait le droit de vie ou de mort sur n'importe quel citoyen Algérien ( à condition que ça ne frôle ni ne heurte un certain ancien vice-président Américain et un ancien chef du renseignement Français ) , spirituellement il fut le gourou de cette secte sanguinaire qui s'est abattu sur le peuple dans les années 90 , pour les Algériens , ce n'est qu'une ombre omniprésente dans leurs cauchemars , il est le théoricien de l'esclavage moderne version Algérienne , avec comme principe fondamental : le chantage , la torture et la mort , il est enfin l'ennemi N° 1 et juré de l'intelligence Algérienne .

Lui chercher des poux dans la tête cela équivaut à s'attaquer à une montagne , insurmontable et incontournable dans la jungle du régime Algérien , il faut des aptitudes en escalade voir même en alpinisme et avoir le sens de l'équilibre d'un funambule  pour " la tomber " ( la montagne ) . Un simple coup de gomme démocratique suffirait pourtant à effacer ces monstres définitivement . L'homme qui voulait manger toute l'A.N.P se retrouve aux prises avec elle, sa souveraineté nationale retrouvée , leurs bourses sont elles assez lourdes pour envoyer paître ses protecteurs étrangers tapis dans l'ombre comme lui et qui ne sont pas plus honorables que lui . Monsieur "pas de détails " et "pro-bavures" se permet encore le luxe d'angoisser les Algériens .

L'armée vient de s'apercevoir que faire du dégagisme version peuple est dangereux pour la survie de ses têtes , de la même manière que sa transition politique est vide et utopique , son opération mains propres toute relative ne fera que compliquer le retour au calme du peuple qui veut avancer vers "autodétermination de son destin" , le seul nettoyage qui l'intéresse aujourd'hui est celui du champ politique et judiciaire ... pour ce qui du militaire il laisse le terrain aux vrais militaires : ceux qui ne s'occupent pas de politique et d'économie personnelle , ceux qui portent  l'uniforme avec un nez encore propre .

Rien ni personne n'a de grâce aux yeux des Algériens , ils veulent absolument reprendre depuis le début , poser eux mêmes , jalon par jalon , leur futur , construire leur rêve de liberté sans parasites , la fracture est abyssale avec leurs dirigeants , un vrai gouffre , ils sont devenu un peuple à fleure de peau , un rien les énervent , même leur opposition les irritent , ça me fait imaginer l'époque de la prise de conscience des moujahidins du FLN : ils allaient vraiment se partager l'Algérie ... même si cette fatalité heureuse a été distillé sournoisement et sélectivement par les services Français , ils furent nombreux surtout parmi les planqués à saliver et à s'activer pour toucher le pactole ... pendant que d'autres compagnons avaient des salivations beaucoup plus idéologiques et politiques ... c'étais une fin de révolution et " le plomb a surmonté le verbe" .

Deux impasses qui s'affrontent , celle des militaires entre eux et celle de la solution qui leur ai proposé par le peuple , mais qui dit impasse ne dit pas forcement blocage ... sauf dans le cas des impasses génétiques et intellectuelles . 

La crainte est de voir s'appliquer cette doctrine issue de l'omerta des mafieux : "quand on a un problème qu'on ne comprend pas , on gagne sûrement à le supprimer "... pour l'intérêt suprême de leurs poches et leurs proches . Pour l'heure c'est à celui qui réussi à manger au déjeuner celui qui comptait le manger lui même au dîner . 

 

 

 

 

                                                                                                                                                     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.