L'ENTERREMENT QUI VA POSER PROBLEME .

Le départ Monsieur Madani Abassi, sera-t-il encore l'occasion pour le pouvoir Algérien de bricoler dans la révolte en cours , jusqu'à rejouer ce qui a fait sa joie et son bonheur dans le monde ... le contre-terrorisme et l'anti-islamisme ... ça ne passe pas avec les Kabyles , ça passera peut-être avec les barbus ... les Algériens sont capables de zapper même la prière pour leur liberté .

Le fait que Madani Abass fut dans le premier groupe de combattants qui , les armes à la main , ont déclenché la révolution du 1èr Novembre 1954 pour mettre fin à la colonisation la plus longue de son siècle , me suffit amplement pour prier pour son âme .

Le fait qu'il fut politiquement un adversaire redoutable , respecté et écouté , le FIS ne pouvait choisir un autre chef de parti que lui , il était l'incarnation de l'islam politique en Algérie longtemps avant son avènement en 1989 , il avait choisi une démarche politique et pacifique pour prendre le pouvoir et  l'armée en a décidé autrement . Le différent idéologique et presque religieux que j'ai avec lui ne va pas m'empêcher de  rendre hommage à quelqu'un qui a passé 17 ans de sa vie en prison pour ses idées et qui est mort loin de chez lui .

Contrairement aux berbéristes , qui veulent absolument mener deux révolution en même temps et qui représentent aux yeux du pouvoir et de la France le maillon faible du 22/2 ,  les islamistes eux restent très discrets , ils se sont vite fondus dans les foules énormes de la contestation , à part les interventions sur internet de l'ex N° 2 de l'ex front qui a "mis beaucoup de soda dans son verre "... le citoyen Ali Belhaj devient le N° 1 des islamistes Algériens ... automatiquement , les épaules de "Cheikh Ali " viennent subitement de s'alourdir encore , va-t-il s'armer de patience encore comme des centaines de milliers d'Algériens de tout les bords qui marchent et qui courent pour leurs droits bafoués , qu'il soit rassuré , la démocratie véritable ne pourra pas l'ignorer , l'histoire sera là pour le lui rappeler ...  

L'aventure islamiste algérienne a tourné court face à une armée d'ânes ( avec tout l'amour que je porte aux ânes , aux animaux et aux végétaux ) , elle aurait pu tourner à la Turque mais le niveau frôlait le sol chez les putschistes de 1992 ... le fait que d'autres putschistes permettent la démocratie dans leur pays les dépasse , les consterne et jusqu'à aujourd'hui les tétanise . Voire des civils composer et travailler , gouverner , de façon moderne et civilisé avec des états majors qui se contentent uniquement de leurs salaires pour vivre et nourrir leurs enfants ne semble , toujours pas ,  accessible à leurs cerveaux ...   chassez le nombrilisme , il revient en spoutnik .

Que les Algériens se rassurent , les militaires auraient de toutes les façons  éjecté tout pouvoir démocratique d'alors , la génération post-Chadli a enterré l'histoire , pensant qu'il y a que les islamistes qui ont souffert de la décennie noire , rangeant tout ces morts dans un tiroir exactement comme la France , avant elle , avait rangé ses victimes réelles dans ses archives ... 

Le 22/2  donne et a donné les garantis d'un mouvement politique majeur et non d'un mouvement de foule , le 22/2 entoure tous les fils et filles de l'Algérie ( civils , militaires et même les égarés indépendantistes) à qui il promet justice et démocratie , METTRE EN VEILLEUSE , les désaccords , les aspirations "spécifiques" pour s'armer contre toutes les manipulations et les déconcentrations , c'est ainsi et pas autrement qu'on réussi une révolution . La dernière fois que les Algériens ont fait une il leur a fallut 2 ans pour connaitre ses leaders , qu'ils laissent le 22/2 leur mitonner une démocratie sur mesure , de celles qui ne laisse les droits de personne sur le chemin .

En ce moment de foire d'empoigne et de marmelade à tout les niveaux , de marchandage avec les têtes et de jeux avec les nerfs , de menaces et de pressions nuancées ou pas , l'ALGÉRIE avance avec inquiétude mais avec DÉTERMINATION  vers SON  DESTIN . 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.