Le tant et le temps : où est le mauvais ?

Pourquoi changer les choses ?
La population est globalement heureuse, abreuvée de divertissements divers : sports, émissions télévisées, commentaires internetés (sic), circulation d’autos dans les bouchons, queues aux caisses des grandes surfaces, ‘’désalariatisations’’, etc.

En cas d'alerte.
Un lanceur d'alerte estime avoir découvert des éléments qu'il considère comme menaçants pour l'homme, la société, l'économie ou l'environnement et, de manière désintéressée, il décide de les porter à la connaissance de tiers. Gare à lui, il existe un danger de tenir une réflexion critique sur les discours officiels et de ne pas se soumettre au modèle en place !
Par exemple, suite à la mondialisation des dérèglements climatiques, à quand une incontournable déclaration collective d’entrée en guère : un tant soit peu, ce serait mieux que de continuer à tout casser et à ne rien laisser pour les temps à venir ?

Les alertes, les livres et les expériences alternatives -propagés par des médias- peuvent déranger la tranquillité d'esprit collective des foules et inquiéter les gouvernances dominantes. Alors, bientôt, en plus des policiers matraqueurs de manifestants pacifiques, pour préserver ce monde en place,  il conviendra donc de créer des escouades de "pom'pi'lier" : leur fonction n'étant pas d'éteindre les incendies mais notamment de brûler les livres et les médias indépendants et de noyer les alertes.
Mais tranquillisons nous : rien ne change et le tant croît … question de temps ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.