(Congo-Brazzaville) Présidentielle: une victoire du général Mokoko dès le premier tour n'est plus impossible !

12715407-1665079967075561-2646913962607266625-n 12715407-1665079967075561-2646913962607266625-n
La forte adhésion populaire, autour de la candidature du général Mokoko, constatée actuellement département par département au Congo-Brazzaville, confirme qu'une victoire de ce dernier n'est plus impossible, mais il faut attendre le vote et le dépouillement de la quasi-totalité des bulletins de vote pour le dire. Ceci dit, comme en 1992, après la conférence nationale souveraine ; Sassou-Nguesso , au pouvoir depuis plus de 30 ans, risque d'être éliminé dès le premier tour.

"Aujourd'hui est un nouveau jour, c'est la naissance d'un nouveau Congo qui commence à renaître de ses cendres avec la candidature du général Mokoko. l'Ancien chef d'état-major de l'armée est devenu le candidat le plus populaire de toute l'histoire politique du Congo. Personne avant lui, n'a réussi à unir le nord et le sud, autour de sa candidature à l'élection présidentielle.

À l'inverse, Sassou-Nguesso qui bénéficie d'un large soutien du gouvernement français et de son président François Hollande, est devenu l'homme politique le plus contesté et impopulaire depuis l'indépendance du Congo. D'ailleurs, durant les manifestations pour la contestation du referendum, François Hollande avait été qualifié par la presse africaine, comme étant le "complice de Sassou-Nguesso". Sa déclaration "le président Sassou-Nguesso a le droit de consulter son peuple", a été au cœur d'un scandale de soutien à la dictature.

Aujourd'hui, Jean-Marie Michel MOKOKO est perçu comme "le mâle dominant de l'opposition à Sassou-Nguesso" par les Congolais du nord et du sud. Initialement annoncé comme grand favori de cette élection, Sassou-Nguesso se voyait prolonger son règne de cinq ans à la tête du pays. La mobilisation populaire autour de la candidature de MOKOKO empêche son sommeil, on a eu des crises d’angoisse, a affirmé un membre du Pct. Plus de doute, une victoire du candidat du peuple dès le premier tour n'est plus impossible. Dans le Pool, la Bouenza, le Niari, la Lékoumou et ce samedi dans le  Kouilou (Pointe-Noire) ; le peuple Congolais est debout pour la victoire de Moïse (Mokoko).



Par BISHIKANDA DIA POOL


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.