Congo : N’est-il pas temps que le corps de Parfait Kolélas rentre au bercail?

Congo-Brazzaville : Macron cautionne le hold-up de l’empereur, n’est-il pas temps que le corps de Parfait Kolélas rentre au bercail?

pako26
Doit-on laisser enterrer à l'étranger un opposant politique congolais candidat à la dernière l’élection présidentielle, agonisant en pleine campagne électorale, évacué en France pour suivre des soins, voté par des millions de Congolais le jour du scrutin, et dont les causes du décès continuent de susciter des interrogations ?

Cette question divise les Congolais, et deux camps s’affrontent tant à l’intérieur du Congo que dans la diaspora : d’une part la famille Kolélas, famille dont Sassou-Nguesso est désormais le vrai chef de famille depuis la mort du feu Bernard Kolélas. Et d’autre part les milliers de militants et de sympathisants de l’UDH-YOUKI éparpillés dans tout le Congo, du nord au sud.

Rappelons tout d’abord : « Lorsqu'Israël approcha du moment de sa mort, il appela son fils Joseph, et lui dit: Si j'ai trouvé grâce à tes yeux, mets, je te prie, ta main sous ma cuisse, et use envers moi de bonté et de fidélité: ne m'enterre pas en Égypte! Quand je serai couché avec mes pères, tu me transporteras hors de l'Égypte, et tu m'enterreras dans leur sépulcre. Joseph répondit: Je ferai selon ta parole », Genèse 47:29-30. « Puis il leur donna cet ordre : Je vais être recueilli auprès de mon peuple; enterrez-moi avec mes pères, dans la caverne qui est au champ d'Éphron, le Héthien, dans la caverne du champ de Macpéla, vis-à-vis de Mamré, dans le pays de Canaan. C'est le champ qu'Abraham a acheté d'Éphron, le Héthien, comme propriété sépulcrale. Là on a enterré Abraham et Sara, sa femme; là on a enterré Isaac et Rebecca, sa femme; et là j'ai enterré Léa.lire plus », Genèse 49:29-32.

Et, comme Israël dans la Bible, Guy Brice Parfait Kolélas dit PAKO avait bien manifesté sa volonté d’être recueilli auprès de son peuple et d’être enterré à côté de son père Bernard Kolélas à Nsouélé. Sa famille biologique et sa famille politique détiennent cette vérité. Arrêtons de stagner dans des énergies qui vont faire oublier sa mémoire dans l'imaginaire collectif des Congolais. Il faut se donner les moyens pour que ce corps rentre au bercail.

Ceci dit, le débat concernant le lieu de son inhumation est né de la volonté de sa famille biologique de l’enterrer en France. Décision que son parti politique et les millions de Congolais qui l’ont voté à l’élection présidentielle qualifient d’insulte à la mémoire de Guy Brice Parfait Kolélas. Qui ne le sait pas que Papy Sassou-Nguesso est devenu depuis la mort de Bernard Kolélas le vrai chef de cette famille. La volonté apparente de Sassou-Nguesso est bien visible dans les réseaux sociaux avec les nombreux « fake news » allant dans ce sens. Le but recherché c’est d’enterrer PAKO loin du Congo pour éviter d’affronter la forte charge émotionnelle des Congolais le jour de l’arrivée de la dépouille à l’aéroport de Maya-Maya et le jour de l’inhumation à Nsouélé. La décision de l’enterrer en France n’est-elle pas la sienne?

Raison pour laquelle, son parti UDH-YOUKI et les millions de sympathisants qui l'ont voté lors de la dernière présidentielle, affirment qu’une telle décision serait lourde des conséquences. Parce que Parfait Kolélas fut à la fois un opposant politique populaire, un chef de Parti politique et un parlementaire Congolais. Et dans la culture Bantu, il est obligatoire pour chaque mort d’avoir une tombe sur la terre de ses ancêtres. PAKO est mort pour le Congo, il doit avoir une tombe dans le pays qui l’a vu naître et pour lequel il s’est battu toute sa vie. L’immense majorité est pour le retour de sa dépouille au bercail à l’issue de la bataille juridique sur les causes réelles de sa mort. Avoir une tombe au Congo c’est perpétuer son souvenir dans la mémoire collective. L’enterrer en France c’est l'effacer dans l’imaginaire collectif. Réfléchissons un peu, le jour de la fête de la Toussaint, les membres de son parti politique prendront donc l'avion pour aller déposer les fleurs sur sa tombe en France. 

Pour terminer, les Congolais sont entre peurs et espoirs. Parce que la bataille juridique engagée en France pour déterminer les vraies causes de la mort de PAKO n’arrange pas les choses. Mais nous osons croire qu'à l'issue de cette procédure, la raison finira par rebâtir sa maison. Il y un temps pour toute chose. Il faut que sa dépouille retourne au bercail pour y être enterré à côté de son père à Nsouélé. C’est le souhait de tout Congolais qui a encore un peu d’humanité en lui.

Par BISHIKANDA IA POOL

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.