BISHIKANDA DIA POOL
Abonné·e de Mediapart

315 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 août 2022

BISHIKANDA DIA POOL
Abonné·e de Mediapart

Congo-Brazzaville : deux acteurs politiques s'affrontent en politique

Dèbat sans tabou :

BISHIKANDA DIA POOL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quels sont les acteurs en conflit sur la scène politique congolaise de la colonisation à nos jours ?

Tentative de réponse à chaud de MUSHIKANDA :

Moins visible avant, le système politique congolais sous Sassou-Nguesso se repose sur la distinction entre les partisans du maintien de l’ordre colonial ( les vassaux de la Françafrique ) et les partisans francophiles prônant la fin de l’ordre colonial et la mise en place d’une relation d’égal à égal avec l’ancienne puissance colonisatrice. Ce courant dont la figure de proue fut André MATSOUA, a eu comme disciples : Jacques OPANGAULT, Fulbert Youlou avant sa chute, MASSAMBA-DEBAT dès son accession au pouvoir, Marien NGOUABI avant son assassinat, Pascal Lissouba au moment de la renégociation des contrats pétroliers avec la France, et enfin Jean Marie-Michel avec son programme de campagne présidentielle en 2016.

La France coloniale n’a jamais quitté le Congo ; et pour se maintenir, elle a toujours contrôlé via la formation de l’élite congolaise et les loges maçonniques : la police, la justice, l’armée, les renseignements, les prisons et les hôpitaux . Sassou-Nguesso est là d'ailleurs pour faciliter ce travail.

Le tribalisme nord-sud a été inventé pour détourner la tension des Congolais et empêcher un consensus national contre le maintien de l’ordre colonial incarné par Sassou-Nguesso. Pour cela, il faut provoquer des guerres civiles inter-ethniques et massacrer les innocents. C’est la stratégie trouvée pour accentuer la division du pays.

En résumé, deux acteurs se battent sur la scènes politique congolaise. D’un côté, il y a les partisans du maintien de l’ordre colonial ( les vassaux de la Francafrique ) et de l’autre les partisans de la fin du maintien de l’ordre colonial prônant une relation d’égal à égal avec l’ancienne puissance colonisatrice.

La domination politique de Sassou-Nguesso ne saurait être appréhendée simplement comme une suite de violences ininterrompues des Mbochi contre les Bakongo. Au-delà de cette « domination», c’est le maintien de l’ordre colonial qui est visé. D’où par exemple : l’arrestation et le maintien en prison de Jean Marie-Michel Mokoko, la non reconnaissance de la lutte de Jacques Opangault par Sassou-Nguesso...

Par MUSHIKANDA DIA BISHIKANDA DIA POOL

Utilise ce lien pour intégrer mon groupe WhatsApp: https://chat.whatsapp.com/F1MzWEnoADKG7AakzfjBm0

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André