Congo-Brazzaville, le pire massacre commis par la police de Mr 8%

// URGENT //: Congo-Brazzaville, le pire massacre commis par la police de Mr 8% (Sassou-Nguesso)

ninja

Massacre à Makélékélé : la police de Mr 8% exécute deux jeunes et blesse plusieurs civils. 

La police congolaise au service de Mr 8% a encore tué jeudi 20 Avril 2017 à 16h30 dans les quartiers sud de Brazzaville. Des nombreux témoins parlent d’au moins deux morts et de plusieurs blessés, ainsi que de nombreuses arrestations. 

Les deux jeunes seraient abattus à bout portant par le commissaire de police de Makélékélé, Monsieur BONGUI DIDAS, d’après plusieurs témoignages concordants. Ces événements ont eu lieu à BIFOUITI vers la descente de KINGOUARI. 

Ce bain de sang survient, après le massacre de dix-huit soldats favorables à Mr 8% dans le Pool, lors d’une embuscade tendue par des éléments non identifiés ; éléments que le gouvernement veut faire passer comme la milice “Nsiloulou” du pasteur Ntoumi. Alors qu’aucune enquête pour identifier les auteurs n’a été menée. 

Mais, derrière le faire voir du gouvernement ; n’y a-t-il pas une volonté de pointer les Bakongo comme étant les ennemis à l’origine de la violence dans le pays? 

Tout le monde s’accorde pour dire que Sassou-Nguesso veut faire passer le pasteur Ntoumi comme étant l’auteur de cet embuscade. Pourtant le rapport FIDH/OCDH accuse Mr 8% d’être le seul vrai responsable du génocide des Bakongo dans le Pool. Mais lui, il veut tromper les Congolais, et pour cela il met les formes, il fait comme les publicitaires qui s’ingénient à masquer la finalité de leurs images ou de leurs spots. C’est la vraie raison pour laquelle sa police massacre les civils dans les quartiers sud de Brazzaville. En vérité, Tâta 8% cherche un affrontement ethnique entre les Mbochi et les Bakongo, pour avoir la chance d’asseoir son pouvoir illégitime et rallier tout le nord à sa  cause. Il ne faut donc pas lui donner cette occasion.

Source:  http://www.sukissa.co.uk/?p=21649

Par BISHIKANDA DIA POOL

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.