Congo-Brazzaville: Y aurait-il un complot de la Françafrique contre la démocratie?

sahol
Le génocide déguisé en guerre civile, en cours actuellement dans le département du Pool, au Congo-Brazzaville ; c’est une spécialité du régime soutenu par la France et les réseaux de la Françafrique depuis plus de 40 ans dans ce pays pétrolier d’Afrique centrale. Il a pour but d’exercer une contrainte aux Congolais qui refusent d’accepter le hold-up de Sassou-Sassou à la dernière présidentielle ; en vue de son maintien à vie au pouvoir.

En effet, pas besoin de sortir des grandes écoles françaises ou bien d’être Franc-maçon pour comprendre que le recours à la violence dans le Pool n’est pas un acte gratuit, mais a pour effet recherché de porter atteinte à l’autonomie de décision des acteurs politiques de l’opposition appelant au soulèvement populaire contre l’usurpateur putschiste 8%. Donc, le maintien de Sassou au pouvoir est le salaire du génocide en cours dans le Pool, et du silence complice de la France, de l’UA et de l’ONU.

Parce que, la Françafrique est en perte de vitesse partout en Afrique francophone. Mais ses intérêts ne sont mieux servis qu’après une guerre civile. Car celle-ci produit un dégonflement des pulsions démocratiques des populations: le peuple est traumatisé, et l’opposition politique a peur de continuer la lutte.

Cela dit, nous assistons a un véritable complot contre le peuple Congolais ; complot consistant en l’anéantissement de l’opposition politique par les methodes de voyous, et la communauté internationale cautionne ces crimes d’un autre âge. Au Congo-Brazzaville, les réseaux de la Françafrique ont consacré l’usurpateur Sassou 8% vainqueur, et travaillent pour que ce dernier soit reconnu sur le plan international. On comprend mieux pourquoi la volonté du peuple Congolais n’est jamais le fondement de l’autorité des pouvoirs publics au Congo.

Raison pour laquelle, les agences de presse qui fournissent la matière première de l’information (l’AFP), racontent que les élections législatives se sont passées sans incidents majeurs ; alors que l’enjeu de cette élection c’est la participation. Quant au journal “Jeune Afrique”, il est bon à se torcher les fesses. Le soutien que la France apporte à l’usurpateur Sassou 8% est impardonnable.

En conclusion, la vraie opposition politique devra donc travailler ensemble avec tous les résistants de la diaspora, pour montrer au monde entier, les crimes de ce régime illégitime et impopulaire afin de l’affaiblir encore et encore. Il faut continuer les manifestations pacifiques (marche, meeting, sit-in…) pour s’assurer de la volonté populaire et de la légitimité populaire. Mokoko n’a-t-il pas eu raison de dire: “la révolte contre la tyrannie et l’oppression est l’unique solution ?”

Par BISHIKANDA DIA POOL

Source: Cliquez ici

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.