(Congo-Brazzaville) Génocide des Bakongo dans le Pool: Sassou et Hollande coupables.

Le chemin de croix des Bakongo dans le Pool: Sassou-Nguesso et François Hollande coupables.

sahol

La dégradation du tissu social congolais, depuis le changement de la constitution par Sassou-Nguesso, avec la complicité de François Hollande, pèse sur l’avenir de chaque Congolais. On ne peut pas prétendre être l’ami de l’Afrique et fermer les yeux sur les crimes contre l’humanité en cours dans le Pool. On ne peut pas prétendre défendre la démocratie et l’Etat de droit dans le monde, et en même temps affirmer devant la presse: « le Président Sassou-nguesso a le droit de consulter son peuple… » ; alors que trois articles de la constitution lui en interdisaient un troisième mandat successif. Ce qui nous rassemble, ne sont-elles pas les valeurs communes partagées? Le chemin de croix des Bakongo dans le département du Pool n’a-t-il pas comme coupables le vassal Sassou-Nguesso et son maître François Hollande? 

Face aux insoutenables crimes contre l’humanité en cours dans le département du Pool, et à l’indifférence totale de François Hollande dont le soutien à Sassou-Nguesso est à l’origine de la tragédie ; le Congo-Brazzaville se trouve une fois encore aujourd’hui, en raison de la Françafrique, plongé dans les ténèbres les plus sombres de l’humanité: massacres et exécutions sommaires des paysans, viols systématiques des femmes, expropriations des terres, exil forcé des jeunes, pillages et destructions des maisons (village par village et district par district), arrestations,  emprisonnements des opposants politiques et d’opinion…

Ceci dit, évoquer la relation entre la France et le Congo-Brazzaville sous le règne de François Hollande, le complice du dictateur Sassou-Nguesso, c’est parler d’une vision qui symbolise la survivance des réseaux d’influence plus ou moins occultes, entretenus par l’Élysée et le dictateur Sassou-Nguesso. Des pratiques inacceptables, mêlant pouvoir, faveurs, argent, guerres civiles et arrestation des opposants politiques et d’opinion. 

Merci Monsieur François Hollande, parce que vous nous avez rendu un grand service! Votre double discours politique, votre fourberie politique, votre hypocrisie politique et votre politique de deux poids et deux mesures, concernant le Congo, nous ont permis de comprendre la politique africaine de la France au Congo. Comme dit le dicton : « les conséquences éduquent mieux que les conseils.» 

Raison pour laquelle, nous n’attendons plus rien d’Emmanuel Macron qui a été votre secrétaire adjoint aux affaires africaines à l’Élysée et votre ancien ministre de l’Économie ; et nous n’attendons rien de Marine Le Pen. Le Congo est une poule aux œufs d’or pour toute la classe politique française. Personne n’est prêt à voir la Françafrique être remplacée par une vraie relation d’État à État, entre la France et les pays de l’Afrique noire francophone (Ex-colonies de la France). Les Congolais ont cessé d’être naïfs ! 

Au fait, pourquoi il n’y a ni réaction et ni action de la France contre Sassou-Nguesso, n’est-ce pas cette même France qui a transféré Laurent Gbagbo à la CPI ? Heureusement que les réactions sur les crimes contre l’humanité de Sassou-Nguesso dans le Pool, ces derniers temps, se sont plus multipliés que le regard français sur le Congo. Dans un rapport, le FIDH/OCDH et les États-Unis accusent Sassou-Nguesso comme étant le seul vrai responsable de la tragédie Congolaise. Et, toute l’Afrique pointe du doigt  François Hollande comme étant son complice. 

Aussi, il est de notoriété publique que l’ambassadeur de France en place au Congo est l’un des meilleurs amis du dictateur Sassou-Nguesso. Le mal que la France de Hollande fait aux Congolais, est bien trop profond. Comment ferme-t-elle les yeux à la politique d’incitation à l’immigration massive des Mongo de la RDC vers le Congo-Brazzaville ; politique mise en place par Sassou-Nguesso pour neutraliser les Ngombé-Kouyou, qui lui résistent politiquement? Le pire, la France ferme également les yeux sur la naturalisation massive de ces immigrés que Sassou-Nguesso utilise, par la suite, comme miliciens, mercenaires ou militaires dans l’armée nationale ; aux risques de créer un conflit armé entre les deux Congo.

Donc, la France n’est sans doute pas non plus exempte de reproches sur la tragédie congolaise. Parce qu’elle a soutenu un dictateur en fin de mandat et honni par son peuple. Trois articles de la constitution lui interdisaient un troisième mandat successif (pour des raisons d’âge et pour y avoir déjà effectué deux mandats successifs). Ce qui se passe aujourd’hui dans le Pool, c’est la conséquence du soutien de l’Élysée à Mr 8%. 

Pour terminer, nous affirmons avec force: “deux personnes sont coupables, en ce qui concerne le chemin de croix des Bakongo dans le département du Pool. Il s’agit de Sassou-Nguesso et de François Hollande”. Pour nous Congolais, la politique africaine de la France sous François Hollande se résume en deux phrases: « soutien total aux dictateurs en fin de mandat dans le pré carré francophone d’Afrique centrale et l’utilisation des reliquats de réseaux de la Françafrique ».

Source: http://www.sukissa.co.uk/?p=21726

 

Par BISHIKANDA DIA POOL

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.