Bister
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2013

Lettre ouverte au Président de la République

Bister
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette lettre a pu être écrite grâce à une citoyenne militante du Val Maubuée et un traducteur.

Lettre ouverte à  Monsieur le Président de la République

Palais de l'Elysée

55 rue du Faubourg St Honoré

75008 PARIS

Le 21 Mai 2013

Monsieur le Président de la République,

Nous sommes les habitants d’un campement de Champs-sur-Marne menacé d’expulsion dans les jours qui viennent. Ici vivent des personnes de nationalité roumaines, pour la plupart de culture Rom. Nous sommes des hommes, des femmes, des familles, beaucoup d’enfants, des tout-petits qui ont besoin de sécurité. Comment peuvent-ils grandir en paixtoujours déplacés, dans la peur permanente d’être expulsés? Ici, les habiller, les nourrir, les laver est difficile. Nous avons besoin du renfort de l’école pour nous ai der à les éduquer. Une des mamans ici à quatre enfants. Elle s’est battue longtemps pour réussir à scolariser deux de ses enfants, elle n’est pas la seule. Si vous nous expulsez du campement, comment iront-ils retrouver leur classe au matin? Et après, on dira de nous «vous voyez, les enfants ne sont plus là, ces gens-là ne veulent pas mettre leurs enfants à l’école!» Nous ne sommes pas venus en France pour retrouver la misère de la Roumanie, mais pour faire une vraie vie à nos enfants. Nous voulons qu’ils puissent avoir un futur meilleur que ce que nous avons connu. On nous prend pour des voleurs, des mendiants qui refusent de travailler? Si nous faisons la manche, c’est pour continuer à vivre. Si nos enfants pouvaient aller à l’école comme les autres enfants, si nous pouvions travailler comme les autres, nous pourrions vivre comme les autres. Nous pouvons, nous voulons vivre et travailler. Pourquoi nous chassez-vous? Pourquoi les Roms sont-ils traités ici comme des animaux? Et pire encore, parce qu’ici, les animaux, eux, ont le droit de vivre dans les maisons. Ici beaucoup d’entre nous sont malades, souffrent d’attaque de panique, ont des problèmes de cœur à cause des conditions de vie. Nos enfants jouent au milieu des poubelles et sont exposés à toutes les maladies. Et nous sommes chassés des hôpitaux. Certains ici ont fait des demandes d’aide médicale mais dans les campements, avec les expulsions, c’est difficile de garder les papiers. Parfois même on nous les garde, on nous les perd. Pourquoi ne pas nous laisser en paix? Ne pas nous accorder les droits de tous? Vivre dans les campements, nous ne le faisons pas par choix, mais pour avoir un lieu où dormir. Vous nous refusez l’eau, le ramassage des poubelles. Vous tenez nos enfants à l’écart de l’école et après, vous prétendez que nos conditions de vie sont trop difficiles puis vous nous expulsez.

Monsieur le Président, on vous demande de venir vivre avec nous trois jours. Vivre de la même façon que nous. Si vous voulez manger un plat traditionnel Roumain (du choux à la viande avec des galettes de farine de maïs), boire un café avec nous, parler avec nous, échanger des sourires, venez et vous verrez que nous ne sommes pas ce que les médias font de nous. Mais venez vite avant que nos cabanes soient détruites. Venez nous rencontrer. Vous verrez que nous ne méritons pas d’être traités de cette façon. Quel être humain peut le mériter? Dans l'attente nous vous prions d'agréer Monsieur le Président, l'expression de notre plus haute considération.

Pour les habitants du campement du Bois de Grâce à Champs sur Marne (77420)

M.FERARU Marcel        Mme VASILE Dorina

M.ZAMFIR Viorel          Mme CONSTANTIN Danemarca

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo