Réponse à Anne Hidalgo

Message adressé en particulier à Anne Hidalgo, qui ne le lira pas, et donc en général à tous ceux qui pensent que le camp de réfugiés de la halle Pajol est tenu par des militants radicaux d'extrême gauche.

Bon, la première réponse à ce constat sera celle-ci :

Si être militant radical d'extrême gauche, c'est passer notre temps libre avec les réfugiés, dormir au milieu d'eux, partager leurs repas, leurs jeux, leurs bagarres, leurs bons et mauvais moments, les accompagner à l'hôpital, les accompagner à la préfecture, les accompagner aux bains-douche, les héberger dans nos appartements ... ... ... alors MERCI, nous voici donc plusieurs dizaines de nouveaux militants radicaux d'extrême gauche !

Madame Hidalgo, je suis certain que vous, l'Etat, la préfecture, vous avez tous beaucoup d'informateurs sur le camp et aux alentours.
Ecoutez les mieux, ou conseillez leur d'être plus attentifs à ce qu'ils voient.
Car oui, je me suis interposé (assis plutôt) devant les bus emmenant les migrants dans les centres. 
La raison ?
Votre refus de laisser monter dans ces bus 2 accompagnants parmi les soutiens, afin de vérifier la destination des bus, et le traitement réservé aux migrants à l'arrivée dans les centres. (Ces préoccupations ont été amplement justifiées par la notification d'une seule nuitée d'hébergement dans deux centres).

Alors oui, je suis très favorable à une prise en charge des migrants et un placement en centre d'hébergement pour leur proposer des conditions de vies plus dignes.
Mais non, je refuse qu'on doive batailler à chaque nouveau départ de bus pour faire accompagner les migrants de personnes non armées. (Car oui, dans chaque bus, un agent des forces de l'Etat était armé).

Anne, venez passez votre prochaine journée de RTT auprès de nous.
On jouera au huit américain, en mangeant un couscous et en buvant du gingembre.

Bien à vous,

Blaise

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.