Lettre à ma fille : La révolution des #giletsjaunes

Texte d'anticipation, un pere écrit à sa fille. An de grace 2030. An10 des de la république des gilets jaunes

 

Je t’écris parce qu’un jour l’histoire regardera la période actuelle de manière différente. Aujourd’hui est encore incertain mais l’avenir sera, il sera pour toi et ta génération et c’est nous qui devons marquer le tournant d’un monde… Car rappelle toi, le présent n'existe que s'il écrit l'espoir de demain.

 

Depuis plus de 6 mois, le peuple de France s’est d’abord rejoint sur les ronds points des villes et des campagnes. Il a découvert qu’il était Un et indivisible et que les clivages qu’on lui ressassait n’existaient pas. Noir, Blanc, catho, musulman… tous étaient à la même enseigne… au menu des fins de mois difficiles.

Là, des gens… les vrais ont parlé de leur mal-être, mal-avoir, leur solitude face à une misère étouffante… Chacun s’est vu dans le même drame collectif et l’absence d’avenir pour eux même et pour leur gamin… oui, j’ai eu la même enfance que ces gens dans les Pyrénées et je sais que l’avenir ne s’écrit jamais de la même manière qu’on soit du bas de l’échèle ou qu’on soit bien né… Les uns ont un privilège ou des charges pour réussir leur vie et les autres doivent affronter le pire et ainsi pour chaque génération… Les uns avec la seule la peine de naitre et les autres la peine de crever d’une vie longue et pénible… La réussite au mérite est un leurre et donc cette logique a conduit les #giletsjaunes à se rejoindre tous les samedi… à construire des cabanes sur les ronds points et à refaire le monde puis repenser la démocratie, la république et le rapport à l’autre et pour finir par un mot tabou le partage et l’égalité des chances…

 

Très vite, nous avons été confronté à la peur des élites… dans le mot élite il faut voir tout organe de pouvoir y compris les médias dont je te parlais si souvent depuis que tu es née… que ce soit la police, la gendarmerie ou les juges et magistrats, tout comme les élus dans leur ensemble, on a vu tout simplement un système devenir agressif, brutal, cynique et menteur… pas de discussion avec des hommes et des femmes venus retrouver une dignité et un espoir… le ministre de l’intérieur et les préfets ont alors poussé les flics à tirer à bout portant avec des armes puissantes capable de fracturer un crane ou éjecter un œil… idem pour des grenades que la France est la seule à utiliser…

Le bilan a rapidement été terrible… des éborgnés, des mains arrachées, des hommes, des femmes, des vieux, des jeunes tabassés, bastonnés, ensanglantés sous leur gilet jaune…

On a vu un président trop jeune ou trop vendu rester dans son palais ordonnant de continuer une répression qui frappait tout le monde… des journalistes restés honnêtes et droits, des peres de famille ou des mamans ayant voulu résisté par les mots ou la pensée… Une vieille dame à Marseille, un ado sur Montpellier… et la tourmente des éditorialiste bêlant leur immondice pour détruire une idée, un rêve une aspiration… tout était bon ma fille pour mettre les gens en garde à vue, sans avoir à boire ou à manger, dans le froid d’un cachot pendant 48h… le délit de liberté ou de penser… ou les deux…

A coté, ma fille, il y aura les manouvres… tu verras des reportages sur la période qui martèleront que le gilets jaune est raciste, antisémite, raté, chômeur, violent ou débile… tu verras aussi que selon certains qu’un gilets jaunes n’est pas assez intelligent pour avoir des idées et que seule l’élite peut décider pour lui… C’est une vision d’une république d’«Happy few » devenus « monstrueux » ou « leviathan »…

Mais c’était donc pendant la révolution des #giletsjaunes… A vrai dire une révolution qui mit du temps à prendre mais qui finit par trouver un essor au travers d’une convergence entre damnés de la république, entre invisibles ou sans avenir tout simplement… qu’ils soient de province ou des cités… 

En effet l’honneur du pays fait que son peuple ne veut pas courber l’échine… Oui, ma fille, le mouvement initialement prévu pour ne pas durer se transforme en révolution à l heure ou je t envois cette bouteille à la mer…Oui c’est plus qu’une simple révolte, il y a une volonté de briser les chaines de misères d’un peuple. Il y a une envi de revenir au partage et à l’humain… et dans une urgence pour éviter les fléaux climatiques...

 

Mais ce que tu dois comprendre ma fille, c’est qu’on se bat pour que ton monde soit plus juste, que tu puisses avoir un avenir.

Si je suis #Giletsjaunes ma fille; c’est pour l’amour que j’ai pour toi et rien ne me fera changer face à un régime devenu répressif et despotique…

Si je suis #Giletsjaunes ma fille, c’est pour que demain tu puisses travailler sans avoir un actionnaire à l’autre bout du monde qui dévore ta santé pour un salaire de merde…

Si je suis #Giletsjaunes, ma fille, c’est pour toi, pour les tiens et les enfants de tes enfants

Si je suis #giletsjaunes, c’est pour que les enfants de mon voisin puisse aussi imaginer un avenir sans détruire le tien…

 

Enfin, être #giletsjaunes c’est juste être humain… et j’ajouterai, c’est « être ».

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.