Envoyé Spécial :.

Mieux vaut avoir un bon reportage d'Envoyé Spécial plutot qu'une crise systémique à force d'abuser d'un système devenu fou. Beaucoup de roquets viennent critiquer les journalistes embeded de l'émission récente. Je trouve le job bien fait...

Lorsque le journalisme est libre, il égratigne, il fait mal, il montre les coté sombres... mais c'est pour le bien de tous (c'est mieux que les chiens de BFMTV ou de CNEWS). Je vois quelques banquiers critiquer l'émission et la liberté d'une presse qui a décidé d'aller au fond des choses... C'est risible ou grotesque.. voire c'est suspect...

Montrer les mécanismes commerciaux, les pratiques généralisées dans certaines enseignes bancaires c'est important. Meme au niveau de la profession, cela permet de nettoyer les écuries d'Augias si on peut dire... C'est renvoyer l'image de certains HEC qui croient avoir inventer le fil à couper le beurre... La derniere mode c'est transformer les banques en compagnie d'assurance... je me dis qu'avec le réchauffement climatique, les déreglements deja visibles avec des crues à répétitions, des hivers rudes, des canicules longues... et bien etre assureur sera prodigieusement merdique comme position... mais les banques aiment toujours foncées vers les murs comme en 2008...

C'est mettre en lumière une tendance malsaine qui tend à se développer sous des imaginaires bien préparer par du marketing et des cabinets de comm... la réalité c'est qu'il faut faire société. Qu'un bon banquier c'est celui qui vous tend la main au pire moment et vous appuie au max jusqu'au bout... cela existe et cela se heurte aux idéologies du profil maximal... On sait ou cela mène... c'est 2008 ou la débilité des financiers de mars 2020 qui ne croyait pas que le Covid entrainerait une déflagration...

Mais voilà, Elise Lucet fait un bon job... il aurait fallu aller plus loin mais elle peut compter sur quelques Gunter Wallraff qui font leur tête de turc dans les arcanes des systèmes.

J'ai dit:.

M:. B:.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.