Préparation au jour d'apres

Le jour d'apres au sens climatique risque de durer 10 à 15 ans mais cette logique, c'est maintenant que cela se prépare. Cela passera par les liens, les solidarités sinon l'extinction la plus stupide aura lieu pour l'humanité.

On aura toujours des gens pour dire qu'il faut pas se poser de question, qui faut avancer... on voit tous les jours les non sens de decisions politiciennes réduisant chaque jour les possibilités de recours face au mur du changement climatique. Avec des espèces qui disparaissent en masse que ce soit dans nos régions ou tout au loin, bien souvent par rapacité ou par pure bétise... que faire...

Je crois donc beaucoup au coté colibris qui permettra de montrer des exemples, qui seront repris, adaptés et généralisés. Les vrais exemples... Non pas ceux qui sont aseptisés par les médias ou l'intelligentsia qui n'aura pas plus d’espérance de vie que nos abeilles enfumées par nos pesticides ou quelques toxines Bt modifiées...

Le jour d’après, cela mettra vingt ans si on a de la chance, c'est ce qu'il faut préparer malgré les lenteurs de nos sociétés petrodépendantes se croyant hyperconnectées et confondant narcissisme des applications 2.0 ou 5G avec une humanité au contact de la nature dans un respect absolu et transgénérationnel du sens et des valeurs qui ont traversé grâce à Darwin le hasard et les nécessités du temps.

L'idée est l'autonomie responsable. Créer de l'avenir en pensant aux besoins du voisin. Ainsi, dans la dynamique de ce jour d’après ou plutôt des quelques décennies qui ouvriront les portes des enfers climatiques, on peut trouver quelques sens à réaliser une forme de concept "New age". Premier step, préparer l’énergie qui tiendra sur les trentes prochaines années... panneaux solaires, batteries récupérées, électricité décentralisées couvrant le besoin d'une famille ou de plusieurs... si on pense avec égoïsme, on sait que dans le cas d'un choc climatique, le voisin jouera aussi sa peau et viendra se servir dans la violence.

Aussi, créer pour trois ou quatre foyers du sens et de l'espoir. C'est ce qu'il faut essayer de faire. Au dela de l’électricité ou de l’énergie. Il faut réapprendre le concept que le Neolithique a transmis à l'homme. Oui la modernité du jour d'apres ressemblera au réflexe des sapiens originels ou l'humain primal. Une agriculture nouvelle, protégées, tournées vers le circuit hypercourt... Un carré de jardin fournissant les fruits ou les légumes pour plusieurs générations et foyers... quand on plante des fruitiers aujourd'hui, un arbre ne suffit pas... il faut penser à quatre ou cinq. Panacher les types de fruits pour couvrir l'année... et démultiplier l'apport en vitamine en prenant les productions de baies toutes varées ou multiples...

Tout cela enfin ne peut fonctionner que si l'eau est puisée efficacement pour remettre du vert là ou cela manquera... réactiver massivement des puits dans le but de récupérer l'or bleu lorsque nos enfants n'auront plus d'autres choix... en parallèle, dépolluer les nappes, assainir les champs ou prairies touchées par les pollutions actuelles...

Dans le programme, il faut apprendre à fabriquer, transformer, récupérer mais au delà, le monde de demain sans être dans l'autarcie se doit de trouver les moyens de retrouver les bases élémentaires de la fabrication d'aspirine, d'antibiotiques... ce genre de structure de production décentralisées dans le monde d’après pourra permettre à des populations de vivre ou survivre mais c'est de nos enfants dont on parle face au collapse.

Aujourd'hui, dans cette logique, tout se prépare, se met en place et cela va de la conservation des graines, la protection des sols, le maintien de la faune, la flore, des insectes pour donner des chances à la vie après nous...

Réflexion d'un soir pour les jours d’après...

Il s'agit de survivre ensemble face au choc climatique cela passe par une sanctuarisation de l'essentiel et au delà aussi des savoirs et de la connaissance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.