Quand la Turquie entrera en Syrie : la boucherie de 2019?

Syrie : la prochaine boucherie se prépare… avec l'entrée en scène de la Turquie et des repercussions migratoires qui éclateront l'Europe

 

 

Pendant que la France et l’Europe reste sur une atmosphère pré-révolutionnaire, une nouveau drame se trame dans un cynisme très onusien. Départ américain, reprise en main de Bachard et de Poutine et il reste un ou deux maillons encore à gérer… d’un coté l’influence iranienne qui aura mis à mal les troupes de Daesh et enfin les Kurdes. En bon charognard, les Turcs se préparent à leurs exactions centennales… comme pour battre un rappel du génocide arménien, on voit se préparer un prochain carnage… La Turquie va rentrer en Syrie pour battre l’ISIS officiellement mais in fine c’est pour réduire en miettes les volontés Kurdes… tuer dans l’œuf une population qui fut seule à se battre contre les pires barbares de la terre.

 

L’inconscient Ottoman à l’ouvre va provoquer une nouvelle vague migratoire, mouvement massif et désespérer qui viendra s’échouer jusqu’en Europe… On sait déjà que la conséquence sera également paroxystique… rejets populistes, relents nationalistes et probable déflagration d’une Europe moribonde… La stratégie américaine est à visionner depuis le printemps arabe, les dominos annoncés de James Woosley (Le Monde article) devaient remonter jusqu’à Téhéran et dans les non-dits de l’article il y a avait un éclatement européen… rebattre les cartes de l’Orient et de son pétrole et réduire une Europe trop concurrentielle à néant…

 

Dans cette partie de billard géopolitique, la Turquie va rentrer en jeu, massacrer ou détruire pour le bien d’un impérialisme cynique… on en est là, à quelques semaines d’un changement global qui créera une récession de la zone euro et la fin d’un idéal…

 

En restant en Syrie, la France veut gagner du temps mais l’échec est déjà annoncé… attendons une vague migratoire, défendons les droits de l’homme le mieux qu’on pourra dans un monde qui va cristalliser sa haine pour le bien d’un Erdogan devenu sanguinaire…

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.