Blog de Montarodan
Montatodan : Sic Parvis Magna
Abonné·e de Mediapart

680 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

Michael Jacob, rien de mieux qu'un concert et du live

Certains se révèlent à chaque concert, Michael Jacob est de ceux là... Retour sur le concert au Java...

Blog de Montarodan
Montatodan : Sic Parvis Magna
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Retour sur le concert de Michael Jaboc au « Java ». La salle parisienne a su trouver une respiration au travers d’une voix puissante et d’un univers sensible le 21 octobre dernier. Les fans se sont pressés pour retrouver le chanteur avec l’émotion des jours d’apres.

Apres les moments que nous avons tous vécu, l’artiste aime encore plus se produire et retrouver son public. Il se donne à fond à chaque fois. C’est l’effet d’etre toujours là, d’etre enfin là, et de pouvoir se charger d’émotion, d’en donner et de partager cette infinie intensité de chaque note, chaque mélodie de son répertoire. En duo il est arrivé à l’alchimie de l’instant. En solo, il a fait que chacun est allé au fond de lui retrouver un « I wonder ». Dans l’esprit Cuban club, renouvelant son style, retrouvant cette sensation des premier pas sur scène, l’artiste s’est transcendé dans une envie de capter chacun dans cette soirée. Chaque soirée est unique pour Michael Jacob…

Déjà il a en tete son prochain morceau, les mots d’un père… Il savoure déjà les dates dès janvier ainsi que pour toute l’année 2022 qui pour lui sonne deja une belle envie de donner.

Le public ressortait fredonnant, souriant ou heureux… Les musicos sentaient aussi les moments d’impro qu’on sait savourer, la spontanéité qu’on retrouve rarement sur les scènes parisienne…

Oui, au Java, on a pu voir le talent d’un homme, d’un artiste… le public sait qu’il reviendra à la prochaine date pour le nouveau morceau promis et la suite qui sait jouer les tempo de la vie, la vie comme elle est… On avait depuis hypermoderne solitude, avec Michael Jacov on a l’hypermoderne sensibilité… Le monde a vraiment besoin d’un artiste qui se donne, le public en a envi et Michael Jacob donne l’envie d’avoir envi dans des paroles qui touchent.

Enfin pour capter la finesse de l'artiste, on peut redécouvrir une version rubato de I Wonder au studio Bob City. Il embarque déjà sur cette sequence... alors imaginez en live, en concert avec les lumieres, les musicos...

Assez parlé, écoutons...

I wonder - Michael Jacob - Version Rubato au Studio Bop City © Michael Jacob

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod