Désobeissance aux confinements

Les variants ont bon dos... alors que des médecins foireux couvrent les plateaux TV, on prépare un concept fumeux format passoire de "confinement serré"... version flashball de la pensée macronienne qui crève dans son arrogance et sa logorrhée médiatique... Le prochain confinement au lieu de bloquer le covid va engendrer désobéissance de masse et déboucher sur une insurrection qui vient...

Oui, cela viendra avec son étincelle... un patron de bas, un serveur ou un jeune etudiant viendront mettre son grain de sable et lancer la spontanéité d'une désobeissance... juste sans prévenir quitter son job converger vers une place, un lieu, un symbole et puis converger encore pour pousser dehors les pourris qui sont en train de se gaver de la mort qu'ils sement...

Le confinement sera donc cette instant qui va pousser un peuple à rependre vie, sortir de sa torpeur et déclencher un nouveau monde... oui, oublier les dettes de chacun, franchir le pas d'une société mutualiste, fraternelle et unifiée... On en est loin pour l'instant avec ces DG du CAC40 qui se vautrent dans leur centaines de millions d'engraissement bancaire... on en est loin avec ces baqueux jouant la macarena pendant que des familles ne se voient plus...

Le confinement sera la chute de Macron et de Castex enfermés dans leur scénario infernal qu'ils tissent avec la minutie de poseurs de bombe... Les moments qui viennent sont historiques dans leur déflagration. Nous seront les acteurs d'une déosbeissance qui éclatera cette société des égoismes, du repli... La désobeissance transformera les fossiles qu'on veut de nous vers des vies simples respirantes, inspirantes et dignes..

Oui le Covid un jour sera vu comme le virus qui aura dégagé les pourris d'une époque, permettant à la lumiere de l'espoir d'enfin mettre au monde un nouveau regard...

La désobeissance dure sera le chemin d'un mot que nous avons oublié LIBERTE

J'ai dit :.

M:. B:.

Texte d'anticipation : savoir dire NON

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.