14 mois de stages et l’aumône du Crédit Lyonnais.

 Personne n'ignore mon activité au sein de Génération précaire, aussi je vais discuter du verdict du procès de David face au Crédit Lyonnais. On se souvient que David avait d'abord fait 14 mois de stages puis avait été pris en CDI et avait du re-signer une période d'essai de trois mois après sa première période d'essai. Soit 20 mois de travail avant d'être viré.

 

Personne n'ignore mon activité au sein de Génération précaire, aussi je vais discuter du verdict du procès de David face au Crédit Lyonnais. On se souvient que David avait d'abord fait 14 mois de stages puis avait été pris en CDI et avait du re-signer une période d'essai de trois mois après sa première période d'essai. Soit 20 mois de travail avant d'être viré.

Le verdict d'une justice à coté de la plaque est celui que j'ai lu aujourd'hui : 4900 euros de dommages et intérêts pour un renouvellement abusif d'une période d'essai et rupture abusive de contrat. Exit la requalification des stages et suivisme total de la plaidoirie assez minable du cabinet représentant le LCL : à savoir « Génération Précaire s'est trompé d'exemple ».

Dans l'ambiance actuelle du procès de David, on ne peut qu'être choqué de voir l'aumone consentie par le LCL qui pour rappel surfe sur ungrand nombre de stagiaires chaque année (7000 pour le classement Challenge 2009- concernant le Credit Agricole/LCL). . Une vague donc d'employés sous payés et exploités comme les éléments du procès le montre. Au lieu d'une reconnaissance de la faute du Crédit Lyonnais, les juges se sont une fois de plus planqués derrière le « droit du travail » qui ignore totalement la condition de plus en plus misérable des stagiaires. Ce matin donc le verdict a été accueilli avec beaucoup de rancœur. Il s'agit d'une forme d'affront. Une insulte presque à des principes qui dépasse le seul domaine du travail ou du social. Il s'agit de liberté de l'individu et de nécessité d'être payé pour un travail. Là, encore on voit que le législateur ou le politique se fait porter pale face à ses responsabilités. En filigrane c'est l'insertion des jeunes dont on parle. Selon un rapport de l'OCDE que j'ai en ma possession, on retrouve le classement des pays les plus miteux en matière de chômage des jeunes. La France est dans le quarteron qui porte le bonnet d'âne. En effet, avec la Turquie, la Grèce et deux ou trois pays mineur, la France a 4 fois plus de chômage chez les jeunes que dans les autres classes d'âges. Aussi, en symbolique négative, aujourd'hui le verdict d'un tribunal vient de montrer aussi que la Justice n'arrive meme plus à avoir le courage de la jurisprudence. Elle n'est d'ailleurs plus une Justice depuis que s'accumulent les lacunes depuis Outreau, Clearstream ou enfin l'affaire Sarkozy-Bettencourt.

En conclusion, le signal envoyé au patronat est de l'ordre de l'impunité totale. On pourra prendre des stagiaires ad vitam aeternam... ils n'auront aucun souci avec les lois conçus pour les plus forts.

Aujourd'hui, un homme David se retrouve dans la situation d'une injustice passée et d'un refus total de reconnaître les faits par des juristes foireux.

Enfin, une chose est sure c'est que cet exemple est totalement assumé par Génération précaire... Rappelons que le secteur bancaire prend environ 50000 stagiaires chaque année.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.