Nice : les nouvelles barbaries

Aujourd'hui, je n'ai pas vu un seul musulman qui n'aie eu le regard triste. Je n'ai pas vu un catholique avec une stupeur. Les uns comme les autres entrent dans le combat de ces nouvelles barbaries

J'ai beaucoup discuté avec des musulmans, pratiquant ou non, allant à la mosquée ou non, hommes ou femmes, voilés ou non. L'ignominie de Nice est dans les mots et les regards condamnée.

Ils sont tous profondément tristes et voient bien l'engrenage des fous faire écho aux extrêmes. Et pourtant quand on creuse, ils sont écoeurés sincèrement de voir leur monde salis par des tarés qui n'ont rien compris à l'humain la religion et le vivre ensemble.

Coté catholiques, pratiquants ou plus modérés, on voit un deuil et un constat d'un monde qui dérape et peut exploser ou imploser ou les deux à la fois, demain ou maintenant en guerre civile. Ils ne veulent pas non plus etre enchainés à la valse macabre de déséquilibrés qui veulent tout en cendre. Égorgement, décapitation, explosions d'une violence totale. C'est un chaos que personne ne veut pour soi ou les autres.

Au milieu une conscience de l'état de la France qui prend le pas d'une sale guerre contre l'islamisme. Une idéologie mortifère bien loin d'un prophète. Un nihilisme plongeant dans des pratiques de nazi, tuer pour tuer en créant la terreur.

Pourtant dans les discussions du jour, apres la tristesse, il y a le sursaut possible... c'est tout de même parmi les dernières chances de garder une paix civile. Oui 2020, pendant qu'un virus etouffe la vie, on voit qu'un monde prend un tournant, une belle époque s'efface pour les lendemains qu'on méritera ou pas... mais qui seront la résultante de nos courages élémentaires, notre sagesse cumulée contre une folie qui devra disparaitre. C'est elle ou nous...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.