bluejuliette
Directrice de Recherche au CNRS - économie et environnement
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 avr. 2022

Le pari de Djokovic

Dieu est mort, nous devons donc repenser nos paris personnels sur l'avenir

bluejuliette
Directrice de Recherche au CNRS - économie et environnement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n'aura échappé à personne que Nadal a perdu un tournoi pour cause d'essoufflement et douleur, dont on ne sait pas encore si elles sont advenues de façon ponctuelle ou si elles vont s'installer au point de gêner sa carrière. 

La question se pose depuis que plusieurs sportifs ont fait un coming-out sur leurs baisses de performances suite à une de leurs injections, en grande partie traduites en douleurs et essoufflements * : peut-on craindre que le vaccins ne soit pas recommandé, in fine, aux sportifs de haut niveau, à un moment, dans l'avenir ? **

Ca se pourrait bien, si on en croit des enquêtes facile à mener auprès des amis sportifs : une coureuse m'a expliqué qu'il lui faut trois semaines d'entrainement réduit, après chaque dose, pour retrouver le niveau. Les trois doses lui ont permis d'identifier le pattern qui la concerne. Vous avez sûrement des amis sportifs impactés dans votre entourage, demandez leur. Est-ce aussi régulier chez eux ou le choc est-il plus fort à chaque fois ? 

Pendant ce temps, Djokovic le réprouvé, celui qui a fini en camp, surveillé, interdit, refoulé, reparti, interdit de tournois pour cause de novax-attitude un peu trop têtue, reste numéro 1 à l'ATP. Pour l'instant, il fait le pari de conserver une future carrière contre le droit à participer à la vie joyeuse du contemporain. Il s'extrait du monde, attend. Sûrement qu'il joue toujours au même niveau. A court terme il est encore vainqueur. 

On change de relation à la spiritualité. Maintenant c'est la Science et la Médecine qu'on doit défier ou suivre, et bizarrement Djokovic fait le pari inverse de Pascal : c'est en n'y croyant pas qu'il pense se sortir de la situation.

Ce n'est pas illogique, puisque "ne pas croire en Dieu" était l'événement irréversible de l'époque de Pascal, alors qu'au contraire "suivre la recommandation médicale du moment" devient l'acte irréversible de notre temps. 

En viendrait-on à dire que la nouvelle sagesse est la prudence, la non-action ? 

Que ce que craint Djokovic, c'est l'enfer éternel au milieu des gueules cassées du vaccin, vagissant de regrets tardifs, se retournant sur la compréhension fugace qu'ils auraient peut-être dû écouter plus tôt la remarque des vétérinaires : les vaccins contre les coronavirus ont tous été abandonnés au bout d'un moment. Tout le monde attendait omicron, de ce fait. Tout le monde s'attendait à voir que les boosters rendront moins résistants que les précédents vaccins, de moins en moins, de moins en moins.

Tout le monde ? Non seulement un petit village gaulois virtuel, où habitent ceux qui croient à la puissance de la science pour imaginer de possibles événements, ceux qui ont encore un peu de respect pour l'identification de situations analogues, qui osent considérer qu'on a quelque chose du chat dans notre relation au coronavirus, qui pensent qu'une prévision à six mois ou un an ne pourra advenir que dans six mois ou un an, bref... ceux qui ont ce petit amour de la science qui veut qu'elle nous fasse comprendre le monde par théorie, explication causale et idéaux-types, plutôt que par observation ex-post de data mal définies et mal collectées,... c'est finalement une petite part de "tout le monde".  

On attend, on attend, mais la data devient pressente, la data s'agace, et la surmortalité toute cause n'est plus ce qu'elle devrait être, la mortalité Covid des vaccinés non plus. Soit on invente éternellement des arguments bidons, soit on s'inquiète, et on se demande si tout ceci n'est pas effectivement un pari un peu osé. 

----- 

*  (en identifiant une co-occurrence des deux événements, bien sûr, ils n'oseraient pas faire le lien causal, n'étant pas de grands scientifiques, seuls habilités à juger des causalités, une fois qu'une grand nombre de données fiables ont été récoltées et analysées).

** on se souvient des épisodes de déconvenues successives : Astra, retiré pour les moins de 50, Jansen itou, et finalement Moderna pour les moins de 30 : tout cela n'est plus recommandé dans notre pays - les recommandations vaccinales, ça va ça vient, constate-t-on régulièrement debout, le coude posé sur le bar en sirotant l'apéro.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel