bluejuliette
Directrice de Recherche au CNRS - économie et environnement
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 oct. 2021

Ecrire à mon sénateur ?

Chronique de l'absurde (2)

bluejuliette
Directrice de Recherche au CNRS - économie et environnement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis samedi matin, j'ai compris que nous discutons tous, à l'heure actuelle, de l'injection obligatoire d'un produit qui est plus ou moins "le vaccin de la grippe de l'an dernier". Vu l'éloignement du virus à la souche originelle, et comme on a pu noté que la protéine spike est particulièrement mutante, il est envisageable que le vaccin produit il y a un an soit de moins en moins efficace. Comme un vaccin de la grippe, celui du covid se périmerait rapidement.

On peut comprendre qu'on a des stocks à écouler, mais peut-être qu'il faut réfléchir un petit peu - comme par exemple en arrêtant de se faire fourguer n'importe quel produit en grande quantité par n'importe quel industriel juste parce qu'il est ami avec un ministre, et en utilisant de façon un peu plus solide les compétences des administrations spécialisées qui ont été largement bâillonnées / mises au pas récemment. 

On a fini par me décider à écrire à mon sénateur ou ma sénatrice, en vue d'éviter la vaccination universelle si jamais les socialistes - des êtres qui ont à coeur le progrès moral et social de notre Nation - réussissaient à convaincre d'autres personnes qu'il faut se laisser couler tout au fond de la mer de l'absurdité, et remonter d'une poussée énergique du talon. 

Je mets ici la version complète, avec une moisson minimale de liens en annexe. C'est utilisable et reproductible. Normalement, ce n'est pas agressif pour le lecteur et doit permettre une discussion. 

-----------

Madame, Monsieur

Je vous écris à propos du projet de loi concernant l’obligation vaccinale étendue à toute la population, qui sera examinée au Sénat le 13 octobre.

Je souhaite vous signaler que la discussion parlementaire, si elle amenait à une obligation vaccinale pour la population française, poserait un grand nombre de problèmes pour notre pays, et détruirait définitivement sa crédibilité de Nation développée et démocratique.

Je vais vous présenter ici quelques éléments qui sont peut-être délicats à percevoir du fait du manque de débat ouvert sur notre territoire et du refus d’écoute des arguments et inquiétudes de personnes bien informées. Ils sont de nature à éveiller l’attention d’un responsable politique qui prend au sérieux son rôle et sa responsabilité face au peuple.

Déjà, il faut rappeler que les vaccins utilisés sont, en ce moment en France, uniquement ceux qui reposent sur la technologie « à ARNm », car les autres ne sont pas reconnus ou plus utilisés. Ces vaccins ne relèvent pas d’un usage banal mais sont encore en AMM conditionnelle, car les phases de test durent encore. Ils doivent en conséquence être utilisés uniquement en situation d’urgence, ce que la situation sanitaire ne justifie plus.

Un autre point d’importance est que ces vaccins sont maintenant anciens, au sens où ils correspondent à la souche première du virus, qui a déjà évolué grandement et s’avère de moins en moins sensible à ces thérapies. Vacciner la population avec les vaccins Pfizer proposés actuellement équivaut à utiliser les vaccins de la grippe de l’hiver dernier – ce qui ne viendrait à l’idée de personne, même s’il y avait des stocks à écouler. 

En outre, les effets indésirables sont maintenant largement avérés, et en nombre qui peut légitimement inquiéter les personnes qui devraient se faire injecter les produits discutés : même faible, le risque pour les moins de 50 ans sans comorbidité est, face à ces vaccins, supérieur à la survenue d’effets graves pour cause de Covid. Vous n’êtes pas sans savoir que le Covid est une maladie très « ciblée » qui met en situation délicate des populations maintenant très bien connues et identifiées, dites « à risques ».  Or, dans une société démocratique, c’est le risque individuel qui doit être privilégié lorsque l’on prend un médicament, en particulier lorsqu’il est encore en phase de test et n’a subi aucune vérification concernant les effets à moyen et long termes.

L’argument qui peut subsister est celui d’un intérêt supérieur pour la collectivité à ce que tout le monde soit vacciné, qui justifierait de prendre des risques personnels potentiellement importants - mais il ne tient guère au vu des observations internationales. La très forte vaccination des populations n’empêche pas la circulation active du virus, comme on l’a vu au Royaume-Uni ou en Israël. Individuellement, on sait que les vaccinés sont porteurs de virus au même niveau que les non vaccinés et ont largement contaminé. Les individus doivent pouvoir utiliser ce vaccin si leur médecin pense que cela va les protéger, mais on sait maintenant qu’il ne protège pas « les autres » : chaque patient doit évaluer son risque personnel, avec l’aide d’un praticien qui le connaît bien. Surtout, c’est très important, il existe dans le dossier d’AMM conditionnelle des contre-indications connues qui sont, pour l’instant, non prises en charge dans la logique d’exclusion qui est pratiquée : les patients à risque face au vaccin ne devraient pas être forcés comme c’est le cas actuellement.

Quant à protéger « le système de santé », puisque 5700 lits ont été supprimés en un peu plus d’un an, on peut se dire que les personnes non-vaccinées ne sont pas responsables du manque d’accès aux soins de leurs concitoyens. Ce sont des choix politiques, et non individuels, qui fragilisent ainsi notre société.

Enfin, l’obsession vaccinale a tendance à scinder profondément la société et créer une méfiance réciproque et la fin d’une écoute saine. Certaines analyses vont jusqu’à dire que nous nous dirigeons vers une situation légale inédite, où des individus (les « non vaccinés ») sont privés de nombreux droits fondamentaux par des procédures « extrajudiciaires » inacceptables dans un état de droits.

Je vous recommande de prendre quelques informations relatives aux risques émergents qui apparaissent comme des signaux de plus en plus marqués, aux vaccins Pfizer ou Moderna :

  • Auprès de l’ANSM, déjà, ou des services de recueil de déclaration d’effets secondaires sont en ce moment débordés. Je vous donne ici le numéro d’un centre de déclaration qui a au moins un mois de retard dans le traitement : (je ne peux pas le donner ici, mais je mettrai à mon sénateur)
  • En observant également, les quelques cas tragiques pour des adolescents, rapportés dans la presse : les quelques morts et blessures sérieuses déjà avérées devraient être suffisantes pour qu’un pays avancé réagisse et refuse de mettre à risque sa jeunesse en obligeant à un geste dont l’utilité reste non démontrée.
  • Enfin, les réactions de certains sportifs de haut niveau après leur vaccination – des performances largement impactées, en France comme à l’international – mais aussi la survenue chez les adolescentes d’anomalies lors des règles et chez les adolescents de myocardites, devraient être des indicateurs que les corps des vaccinés peuvent être sévèrement impactés à moyen terme : ces indices sont importants et très peu encourageants !

Ensuite, je voudrais vous signaler que nous pouvons absolument promouvoir un vaccin « made in France », plutôt que des vaccins américains pour lequel de nombreuses informations sont opaques. Si l’on attend quelques semaines, nous aurons bientôt Valneva – d’une technologie qui inquiète beaucoup moins les populations, dont on pourrait connaître les composants exacts, et qui nous permettrait de raviver notre souveraineté et de soutenir notre industrie innovante. Notre gouvernement investit déjà beaucoup dans des cabinets de conseil étrangers (comme Mc Kinsey) et fait une confiance aveugle à des industriels déjà punis de nombreuses fois pour avoir cachés des effets secondaires (Pfizer vient d’ailleurs de retirer de la vente des lots d’un médicament qui contient des composants cancérigènes).

Enfin, il faut arrêter la destruction de l’hôpital. A court terme, il ne faut pas punir les soignants non vaccinés – qu’on ne peut pas taxer d’être mal informés, puisqu’ils sont en première ligne - mais s’interroger sur leur refus radical de se faire injecter les thérapies expérimentales proposées. Il devrait être possible de les laisser travailler en prenant les précautions qu’ils savent déjà mettre en place. Plus sérieusement encore, il faut s’insurger contre la mise à nu de notre hôpital et de notre médecine de ville, réduire la violence bureaucratique et redonner les moyens de travailler aux médecins, infirmières, aides-soignantes et tous les autres métiers du soin.

Il faut choisir immédiatement une vision non-punitive et qui grandit notre société ! Arrêter d’opposer les populations est urgent. Vous savez que l’Histoire n’est jamais douce pour ceux qui collaborent, même passivement, à des injustices et des scandales. Il est encore temps de réagir, ce qui signifie de fait : arrêter la fuite en avant autoritaire et réfléchir sérieusement au bilan des deux années passées et aux possibilités qui s’ouvrent. Il faut du courage, mais c’est la seule solution pour préserver notre image de Pays des Droits de l’Homme. Je vous enjoins à parler de tout cela avec vos collègues sénateurs, tous vos proches, et à encourager cette réflexion et appel au calme auprès de tous.

Dans l’attente d’une réponse, et plus encore de constater que vous prendrez des décisions éclairées et bienveillantes pour vos électeurs, je vous prie de considérer, Madame, Monsieur, l’expression de mes considérations distinguées.

Annexes :

Pour le vaccin à ARNm - soucis sur les souris : devrait (dans un monde « habituel ») empêcher la commercialisation

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34406358/

ANSM : pour Cominarty par exemple, les femmes sont impactées par le vaccin, ainsi que les jeunes, alors qu’ils ne sont pas touchés par la maladie

https://ansm.sante.fr/actualites/point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-covid-19-periode-du-20-08-2021-au-02-09-2021

Femmes

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/08/06/covid-19-vaccins-et-perturbation-des-regles-des-signaux-et-beaucoup-d-incertitudes_6090781_4355770.html

Problèmes de sportif dans la presse :

https://www.welovetennis.fr/atp/chardy-depuis-que-je-me-suis-fait-vacciner-je-ne-peux-plus-mentrainer-je-ne-peux-plus-jouer

https://www.sudouest.fr/sport/course-pedestre/triathlon/le-triathlete-saintais-antoine-mechin-met-un-terme-a-sa-saison-et-ne-se-referait-pas-vacciner-si-c-etait-a-refaire-6234090.amp.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/savoie/athletisme-apres-une-mauvaise-reaction-au-vaccin-anti-covid-christophe-lemaitre-s-inquiete-pour-les-jo-de-tokyo-2153956.html

https://www.lalibre.be/planete/sante/2021/08/18/apres-plusieurs-incidents-des-medecins-deconseillent-la-pratique-dun-sport-intensif-apres-la-vaccination-RKYF4GGQAJA6DMLZ4RG5NV5R3M/

Il est « trop tôt » pour savoir, mais les cas plus ou moins graves sont multipliés :

https://www.lci.fr/societe/covid-19-deces-d-une-lyceenne-des-bouches-du-rhone-le-lien-avec-le-vaccin-ni-etabli-ni-exclu-a-ce-stade-2197664.html

Choix politiques incompréhensibles pour la population : la méfiance ne peut qu’augmenter !

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/09/29/plus-de-5-700-lits-d-hospitalisation-complete-ont-ete-fermes-en-2020_6096416_3224.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR3jMwAikxxM_BWqo9CANdCjY6dHXzKrPZmHVbRO97SRX-P_K73ZlSJYpc0#Echobox=1632903037

Doutes légitimes à propos de Pfizer : des pratiques passées troubles et des durées très longues pour arrêter la mise en danger de la population :

Vaccins administrés sans preuve d’innocuité :

https://childrenshealthdefense.org/defender/pfizer-trovan-vaccine-injured-killed-kids/

Six procès perdus pour plus de 6 milliards de dollars de peines et dédommagements :

https://violationtracker.goodjobsfirst.org/prog.php?agency_sum=FDA

Arrêt provisoire de Champix, un vieux problème

https://www.vidal.fr/actualites/27416-indisponibilite-de-champix-une-impurete-a-l-origine-de-la-suspension-de-la-distribution.html

https://www.liberation.fr/societe/2011/01/07/pfizer-rattrape-par-son-champix_705695/

Même problème pour l’agence de communication de la campagne vaccinale, au centre du scandale sanitaire dite « des opiacés » :

https://www.lefigaro.fr/societes/crise-des-opiaces-mckinsey-paie-573-millions-de-dollars-pour-solder-des-poursuites-20210204

Analyse juridique intéressante :

https://reporterre.net/Le-passe-sanitaire-est-un-moyen-extrajudiciaire-de-desactiver-socialement-les-gens

Ajouts suite à questions : 

https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.09.13.21262182v1.full

enfants

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S221475002100161X

intéressant bénéfice risque !!

https://cress-umr1153.fr/covid_vaccines/

 synthèse correcte mais ça cite Raoult (ce qui hérisse trop de monde) : pas sûr qu’il ne faille pas piocher des études citées plutôt, …

https://textup.fr/569766QC

contagiosité

https://www.vidal.fr/actualites/27828-quelle-contagiosite-pour-les-personnes-vaccinees-infectees-par-le-variant-delta.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux