bluejuliette
Directrice de Recherche au CNRS - économie et environnement
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 mars 2021

vaccination et conflit de loyauté

La difficile question de l'échelle d'analyse.

bluejuliette
Directrice de Recherche au CNRS - économie et environnement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On peut espérer que la crise de la Covid19, durant laquelle le TINA* s'est imposé de nouveau de façon violente et frénétique, va laisser place à une re-complexification de la description du monde. 

On peut s'amuser à voir dans la "vaccination de masse" une nouvelle façon de se tordre les neurones. Deux arguments semblent entrer en contradiction pour savoir si on doit se vacciner alors qu'on ne craint pas grand chose du virus (qui a un pool d'hôtes "à risque" très précis). 

1/ Il est civique de se vacciner, car cela réduit la diffusion du virus, donc les problèmes potentiels pour les personnes à risque. En conséquence, cela réduit la pression sur les hôpitaux. C'est une vision locale et de court terme, qui est "presque patriotique", vu la situation de guerre que nous connaissons.

2/ Il est dangereux de se vacciner car

  • a/ les vaccins arn présentent un risque de transformation de l'adn qui pourrait se transmettre, donc transformer en profondeur l'espèce humaine - risque individuel minime, mais multiplié par le nombre de vaccinés
  • b/ la vaccination de masse semble à l'origine d'une partie des variants, et de toute façon, tout porte à penser qu'elle peut en produire du fait de la pression de sélection. Une des possibles évolution du virus est l'augmentation de sa létalité pour l'humain, ennuyeuse pour les hôtes à venir.

La vaccination de masse alors que le virus circule activement est peut-être un problème pour l'espèce entière. 

Les deux propositions (qui pourraient être décrites avec plus de précisions bien sûr) sont soumises à des incertitudes qu'on évalue mal et sont longuement discutées : à ce stade, on voit qu'on n'a pas assez d'éléments pour estimer vraiment les probabilités et on ne peut parler que d'événements envisageables, des "possibles", sans mieux préciser - on ne peut donc pas comparer avec une rationalité probabiliste les deux chemins possibles. 

Pour se soulager l'esprit, chacun devra comparer la charge morale associée à chacune des propositions : soit on préfère papa, la Patrie, soit on préfère maman, l'Humanité. 

Cet énoncé ressemble bougrement un dilemme de philosophie morale - à chacun de trouver son chemin de réponse... mais c'est difficile de croire qu'il existe une "évidence".

* TINA est la logique qui s'est imposée avec l'émergence du néo-libéralisme qu'on qualifie parfois de "sauvage" après l'élection de Madame Thatcher - TINA est pour "There Is No Alternative" - après les "modèles de prédiction" économiques qui auront servi à fonder cette vision du monde. on a pu voir l'efficacité des modèles épidémiologiques pour atteindre le même but. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky