bm810667
J'adore rechercher des avis contraires aux idées dominantes
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2016

Les intérêts français dans le conflit Syrien

bm810667
J'adore rechercher des avis contraires aux idées dominantes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui a fourni le FAMAS, fusil d'assaut français, tenu par l'islamiste de Daesh sur cette photo?  Notre président, chef de guerre contre le terrorisme. Laissez mois vous narrer la belle histoire des intérêts français en Syrie.

Notre pays a été le plus en pointe en occident pour réclamer le départ d'Assad du pouvoir en Syrie. Que ce soit Sarkozy, dès 2011 puis par la voix par la voix de Fabius et de Hollande. En 2012, au mépris de l'embargo sur les armes décrété par l'Union Européenne, François Hollande a fait livrer des armes aux rebelles syriens (La preuve en video). Des armes qui ne sont pas toujours restées entre de bonnes mains. Et puis on se rappelle tous l'insistance d'Hollande a vouloir bombarder la Syrie, basé sur un rapport peu crédible. Même à l'époque, les experts étaient peu convaincus. Cameron et Obama n'ont pas donné suite et nous nous sommes ridiculisés...Selon le Washington Post, la France voudrait paraître une grande puissance et serait si belliqueuse pour se distinguer des Etats-Unis, plutôt réticents à intervenir vraiment dans le conflit syrien.

Mais pourquoi donc nos gouvernants persistent à réclamer le départ d'Assad en Syrie, sachant que les potentiels remplaçants ne sont vraiment plus séduisants?

Une des raisons serait que le gouvernement français ne veut pas rater le train de l'histoire. Et persuadée qu'Assad allait tomber rapidement, la France a tout misé sur l'opposition, menée en bateau par le conseil National Syrien, noyauté par les Frères Musulmans. Les campagnes de presse parisiennes sur la nécessité de changer de régime n'ont pas été étrangères à ce positionnement.

Mais tout le monde sait que ce ne sont pas les grands sentiments qui font agir nos gouvernants. En fait, la France n'a pas de grands intérêts économiques en Syrie. Le montant des échanges était de 405 millions d'Euros d'importation (82e rang) et 322 millions d'Euros d'exportation (79e rang). En plus, Bachar n'a pas attribué les gros contrats espérés par le rapprochement intié par Sarkozy (l'aéroport de Damas et le métro de la capitale). Il a déçu notre ancien président, qui a condamné Assad dès les premières manifestations, pourtant déjà infiltrées par les frères musulmans. Ces manifestations vont très rapidement devenir violentes, les frères musulmans utilisant la violence pour installer une société islamiste.

Mais, par contre, nous avons d'important liens économiques avec les ennemis mortels de Bachar. La France courtise l'Arabie Saoudite pour remplacer Washington, qui s'est mis Riyad à dos par sa volonté de négocier avec Téhéran. Une des raisons qui guiderait le mantra  "Assad doit partir" serait répété pour gagner la sympathie des puissances sunnites, Arabie Saoudite en tête et s'opposer à l'Iran.. Rappelez vous la position très dure de Paris dans les négociations sur le nucléaire iranien.Cela semble marcher car la France négocie actuellement des contrats de plusieurs dizaines milliards d'Euros avec la riante démocratie saoudienne.

La diplomatie française va devoir faire le grand écart, car la France aimerait bien commercer aussi avec l'Iran. Mais comme Riyad dépense cinq fois plus pour son armement que Téhéran, nous préférons dorloter les Saouds un peu plus que les Perses.

Bien sûr, qui dit Arabie Saoudite, dit Qatar et Turquie. Ces pays sont les fournisseurs majeurs d'armes aux rebelles syriens, faisant transiter de l'armement à travers la frontière turque. Le Qatar est devenu ennemi de la Syrie après le refus d'Assad de laisser passer un pipeline permettant d'exporter le gaz qatari à travers son pays, lui préférant un pipeline iranien. Et comme la France a décidé de sous traiter sa diplomatie moyen oriental au qatar  et que la classe politique française est achetée par le Qatar, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi la France est tellement engagée contre Assad. Les Qataris sont équipés à 80% d'armes françaises et ont récemment acheté 24 rafales...

Pour finir, je tiens à signaler qu'une grande partie des informations contenues dans ce billet provient du livre "Les Chemins de Damas" de George Malbrunot et Christian Chesnot. Je vous le conseille chaudement, il est écrit par des vrais journalistes qui connaissent leur métier et qui allient richesse des sources à une connaissance profonde de la région. Les grands médias n'en ont pas parlé (comme d'habitude...). Pourtant il est bourré de révélations. Il raconte par exemple comment, dès les premières semaines, les manifestations pacifiques ont été infiltrées par des hommes en armes à la soldes des frères musulmans qui s'en sont pris violemment aux forces de sécurité.

Et il contient une information explosive, pas reprise par les médias: La France aurait commandité l'explosion du siège du Parti Baas à Damas, le 29 novembre 1981, en représailles de l'assassinat de l'ambassadeur français au Liban. Il y eut 175 morts...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik