bm810667
J'adore rechercher des avis contraires aux idées dominantes
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 déc. 2015

Les rebelles modérés syriens

bm810667
J'adore rechercher des avis contraires aux idées dominantes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une intéressante tribune publiée il y a une semaine dans le Guardian  (Un journal avec des journalistes dedans...) sur les rebelles syriens, écrite (ça nous change aussi) par un Syrien, Mowaffaq Safadi. Safadi revient sur l'argument utilisé par Cameron pour engager les Britanniques dans la guerre en Syrie: Il existerait 70'000 rebelles modérés combattant Assad.

Il faut comprendre que rebelle modéré signifie: Qui a renoncé au terrorisme, c'est à dire n'appartenant pas à l'Etat Islamique ou au Front Al-Nosra. Un analyste basé au Qatar en donne une définition un peu plus large: Des groupes rebelles qui s'opposent à l'Etat Islamique et que l'Ouest veut voir participer ou doit faire participer aux pourparlers de paix. Vous remarquerez que le terme démocrate est absent de la définition...Mais apparemment, ces gars veulent revenir à une Syrie multiconfessionnelle où tout le monde, quel que soit son genre ou sa religion est égal devant la loi.

Safadi nous apprends que rebelle en Syrie, c'est un peu le seul boulot disponible en ce moment. Et que l'affiliation du groupe rebelle compte peu pour le choix, la paie étant le principal déterminant. Les pères de famille ont d'ailleurs une préférence pour les groupes qui ne sont pas impliqués dans des combats journaliers. Bref, ce sont des humains. Comme tout humain qui se respecte, les rebelles ne vont pas hésiter à quitter un groupe pour un autre si la paie est meilleure. Résultat, les rebelles modérés d'aujourd'hui ne font pas forcément les rebelles modérés de demain.

Safadi est un pessimiste: Pour lui la Syrie multiconfessionnelle n'existe plus et les Syriens le savent. Les gars qui jurent combattre pour ce noble but le font principalement pour obtenir le soutien occidental.

Les modérés ont aussi tendance à se confronter les uns aux autres. Safadi donne l'exemple de deux factions modérées: Les Forces Démocratiques Syriennes (les kurdes du PYD) et avec Jaish al Thowar, ( les kurdes du YPG) ont émergé au nord d'Alep. Quant les russes ont bombardé l'Armée Syrienne Libre, ces deux groupes ont occupé l'espace libéré. L'Armée Syrienne Libre les a accusé d'être à la solde des russes et les combats ont commencé. Par ailleurs, Safadi nous apprends que les Syriens considèrent Jabhat al Nosra comme plutôt modéré comparé à l'Etat Islamique. Finalement, Safadi mentionne que les rebelles formés par les Etats-Unis, à leur retour en Syrie ont été attaqués par le Front Al Nosra, comme agents de l'Ouest. Ils ont rejoint le Front du Levant, qui n'était pas connu pour son athéisme forcené...

Voilà le genre de synthèse qu'on aimerait voir dans la presse française, qui invoque les rebelles modérés syriens sans jamais les définir. La réalité est plus complexe que Russe égale méchant et Américain égale gentil ânonnée à longueur de colonne par le Monde et consort.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
Harcèlement sexuel et moral : un influent avocat renvoyé en correctionnelle
Star de l’arbitrage, associé de l’ancien garde des Sceaux Dominique Perben, l’avocat d’affaires Jean-Georges Betto est renvoyé en octobre devant le tribunal correctionnel de Paris, à l’issue d’une enquête pour « harcèlement sexuel » et « moral ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre