Kadhafi : l'homme en des routes

Oh! fille, douce amazone
dans ma vie déconstruite,
Dantés venu en personne
protégeant ma vie en fuite

 

***********************

Kadhafi : l'homme en des routes

Kadhafi: the man in roads

keywords : Libye, Mouammar Kadhafi, Tripoli, OTAN, Nicolas Sarkozy, cnt, révolution, récompense, tête mise à prix, benghazi, obama, al quaïda, Algérie, fuite, chute d'un régime

***********************

34848597:jpeg_preview_large.jpg @le journal de personne

@ Libya : J'ai tué mon père !

Personne ne me connait...
Je suis sa fille, sa dernière, sa préférée.
Oui, je me souviens encore de cette nuit
La nuit du Destin... Qui fuit.
Dans...

27/08 | 1074 lectures

h-2-2575679-1314285778.jpg @lepost.michelb

@ Kadhafi : l'homme heureux

La guerre n'est qu'impatiente découvrant la vie, la vengeance son amie. [Friedrich Estavi 1887]
****************************
Kadhafi : l'homme...

 

2 25/08 | 4581 lectures

Car cette nuit fut étrange
qu’une forme m’oppressa
d’un curieux poison gange
et ma poitrine, il terrassa

Je me levais en douleur
de ce mal neuf intense
auquel ma chair eut peur
perdue d’inconnaissance

Je me traïnais sans aise
cherchant autour elle
bonheur à mon malaise
endormie en nuit belle

Le temps n’existait plus
je restais debout fier
seul goût à vomir plus
et posant mes prières

Plus loin je touchais sol
gaussé de fluide énivrant
submergé tel à l’alcool
enfant maudit pleurant

Moi qui n’eût que force
au ru d’une longue guerre
je sombrais en mon torse
pensant à l’heure dernière

Diable, chasse toi de moi
mon temps n’est pas venu
tu ne gâcheras son émoi
je lutterais à ma fille nue

Et prenant grand courage
j’allais aux draps blancs
pour m’allonger sur la page
devant le ciel bleuissant

Ma fille dormait apaisée
mes yeux dévisagèrent
ses cheveux déposés
sur mes larmes amères

Alors mes lèvres osèrent
et du rude mal j’ai vaincu
d’un baiser tendre de père
légendes d’amours vécus

Oh! fille, douce amazone
dans ma vie déconstruite,
Dantés venu en personne
protégeant ma vie en fuite

Le mal déçu n’osa plus durer
mes doigts sur son flanc nu
en calme menèrent à l’orée
du matin, son soleil est venu

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.