Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

166 Billets

9 Éditions

Lien 2 juin 2012

Pas de redémarrage à Florange en 2012

Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://liaisondebethune.blogspot.fr/2012/06/pas-de-redemarrage-florange-en-2012.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+GroupeDeBethuneDeLaFdrationAnarchiste+%28Groupe+de+Bethune+de+la+F%C3%A9d%C3%A9ration+Anarchiste%29

Pas de redémarrage à Florange en 2012

La direction n’a accordé aucune interview à la presse. Seul un communiqué a été diffusé. Quelques lignes qui claquent comme les pétards à air comprimé qui ont explosé les oreilles de ceux qui attendaient aux grilles du siège social ArcelorMittal France, hier, à Saint-Denis. Résumé du propos : prolongation de la suspension temporaire d’une partie des installations de Florange au second semestre 2012, pour cause de mauvaise conjoncture… Circulez, il n’y aura bientôt plus rien à voir, à Florange.

Casqués, masqués, armés de banderoles, mégaphones et de ces fameux explosifs qui leur ont permis de faire du bruit pour dix fois leur nombre, ils n’étaient pas bien nombreux, les militants, à avoir fait le déplacement depuis Florange. Plus de trois mois de conflit, « sans le semblant d’une bonne nouvelle » ont de quoi épuiser les plus vindicatifs. Pourtant, la soixantaine de courageux, dans le bus dès 5h, était bien là, prompte à multiplier déclarations devant la presse au grand complet. « Mittal nous traite par le mépris ? On le fait savoir. » Et toujours ces slogans entonnés par des métallos à l’unisson : « Tous ensemble, Tous ensemble. On ne lâche rien. Ils ne lâchent rien, mais qu’ils semblent démunis devant un Mittal à la force d’acier et à la volonté de rouleau compresseur !

Hier, point de flagornerie. Tout au plus une petite poussée sur les grilles du siège, qui a obligé les CRS à venir remettre un peu d’ordre. Pour le reste, l’atmosphère était noire et les gorges nouées. « C’est grave ce qui se passe. La direction condamne à mort le site de Florange. On ne reste pas plus d’un an au chômage partiel. Les jeunes vont partir », alerte Yves Fabbri (CGT).

 "Mittal laisse pourrir la situation… Après, on nous dira qu’on n’a plus les compétences, qu’il faudrait trop d’investissements pour redémarrer…", s’alarme Fred Weber (CFDT).

Pire. Avec la filière liquide à l’arrêt, l’aval, ses trains à chaud et à froid , risque le déséquilibre. "C’est l’usine intégrée qui fait la force de Florange, rappelle Jean Mangin (CGT). On va au-devant de problèmes de coûts, d’intégration, de risque d‘une cokerie condamnée. 20 M€ doivent être investis sur le train à chaud pour voir l’Usibor passer en grande largeur. Si ça n’est pas fait, tout est remis en cause."

Jean-Marc Veckring, délégué CCE (CFDT), apparaît plus sombre que jamais. "Les chiffres qu’ils produisent sont catastrophiques. On ne comprend pas leurs analyses, mais ils ne répondent pas à nos questions. Le marché n’est pas tel qu’ils nous le décrivent… Quels moyens avons-nous pour le vérifier ? Avec ce qu’ils nous montrent, c’est une catastrophe pour toute la France sidérurgique. Pas seulement Florange. Ils n’assurent pas le redémarrage du haut fourneau de Dunkerque, après sa maintenance d’été ; les galva. de Montataire (Oise) et Mardyck (Nord) sont menacés. Ils nous brossent un tableau de plus en plus noir et Mittal, lui, est tranquille avec le chômage partiel payé et les tonnes carbone qu’il récupère. Ça ne peut plus continuer comme ça."

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart