Avec les saucialistes le doigt c'est maintenant !
Décines, 4ème jour de résistance à la répression policière.

Depuis l'éviction mardi des fils de Butte et des familles Roms qui occupaient les buttes de Blézin à Décines (Rhône), la préfecture de Police du Rhône et le gouvernement néo-libéral saucialiste n'ont eu de cesse de persécuter les opposant.e.s au projet mégalo délirant d'un grand stade de l'OL réalisé par... Vinci (et oui encore eux) avec le soutien inconditionnel de Gérard "Romophobe" Collomb, maire PS tendance troisième reich de Lyon.

5iéme jour de résistance, souvent sans leurs propres affaires confisquées lors de l'expulsion, les squatteureuses résistent pacifiquement à une agression d’État pour protéger des intérêts privés. Routine habituelle d'une oligarchie agonisante entièrement tournée vers la protection des intérêts de grandes multinationales telles que Vinci. La machine d’État se met en marche pour broyer littéralement ce petit îlot de résistance anticapitaliste à quelques minutes de Lyon.

Une fois l'expulsion terminé, tout le monde se regroupe devant l'église Saint Pierre en plein centre de Décines.

Quelques heures après leur expulsion les fils/filles de Butte se retrouvent devant l'église Saint Pierre. Pendant ce temps les flics et l'huissier constatent, un peu tard, que 3 cabanes et une plateforme perchée dans un arbre ne sont pas expulsables. Partout ailleurs les pelleteuses et manitous rasent tout, laissant que gravats et désolation. Merlin, le pote dans son arbre se retrouve dans une situation surréaliste en quelques minutes, encerclé par une horde de CRS...

Matériel confisqué...

L'expulsion ayant eu lieu dans des temps très courts, entre le passage de l'huissier et l'opération de répression policière, les occupant.e.s n'ont pas le temps de s'organiser correctement pour évacuer leurs affaires. Une caravane est embarquée, des affaires sont perdues, certaines personnes se retrouvent sans rien, les flics embarquent tout en mode gros bourrins comme dab...

La Préfecture ouvre trop vite sa bouche... Décines est toujours occupée.

Mardi matin vers 11 heures la préfecture de police du Rhône annonce en grande pompe la fin de l'occupation de la butte de Décines comme lors du premier jour de l'opération César à Notre-Dame-des-Landes. Et une fois n'est pas coutume, la police ouvre trop vite sa bouche car une partie de la butte de Décines, non expulsable est toujours occupée par Merlin perché dans son arbre depuis 4 jours.

L'huissier passe voir Merlin... en centre ville la résistance s'organise....

L'huissier constate impuissant que la parcelle qu'occupe Merlin n'est pas expulsable et c'est la queue basse qu'il repart en bon larbin du capital rendre des compte à sa hiérarchie ripoublicaine. Déjà la préfecture commence à tirer la tronche, tout ne se passe pas comme prévu, ils ont dû rater un truc lors du briefing ces invertébrés notoires (et c'est pas sympa pour nos amis les asticots).

En centre ville les occupant.e.s se posent tranquillement et dans le calme devant de l'église. Dès le début, des riverain.e.s leur apportent soutien moral et assistance matérielle (couvertures, nourriture, etc).

Petit Benito Valls ne connaît que la répression...

Rapidement la BAC et les CRS s'installent non loin du campement de fortune. La tension est palpable, mais au bout de 24 heures d'angoisse les fils/filles de butte sont finalement prévenu.e.s par la police qu'elle ne les chargera pas si ils/elles n'installent pas un campement en mode Occupy/indigné.e.s.

ZAD 2 - Valls 0 - L'opération César chez les Gones se vautre lamentablement...

Merlin continue tranquillement sans s'énerver sa petite vie... Il reste zen malgré une situation ubuesque qui le laisse de marbre. Beaucoup de choses à faire, le temps de la reconstruction commence... Ravitaillé par ses potes qui lui aménent eau et nourriture depuis mardi, il est rapidement rejoint par d'autres occupant.e.s. Vendredi, Il reçoit son portable rechargé. Soulagé, il peut désormais appeler sa famille pour donner des nouvelles...

Barbouzeries et coups bas... L'eau est coupée, les toilettes publiques inutilisables...

Vendredi matin... La tension monte devant l'église st Pierre. Nos camarades n'ont plus accès à l'eau potable !

L'huissier annonce dans l'après-midi à Merlin qu'il recevra une assignation en référé (procédure judiciaire accélérée utilisée systématiquement par les fascistes rose pour casser les squats et occupations) dans la semaine.

En ville, devant l’église, les barbouzeries commencent... La préfecture de police pousse le vice jusqu'à couper tous les accès à l'eau dans les environs de l'église,
l'eau de la fontaine et des toilettes publiques n'arrive plus. Les fils de butte avaient l'habitude depuis 18 mois de se connecter à internet à la maison des jeunes de Décines, maintenant ce n'est plus possible. Solution radicale saucialiste, censure d’État à la Corée du Nord, même les personnels de la maison n'ont plus accès au web.

Communications coupées, mails supprimés...

And last but not least... Les communications téléphoniques entre la ZAD de NDDL et celle de Décines sont interrompues, les portables du jour au lendemain ne sonnent plus... Merlin a du mal à rentrer en contact avec sa propre famille... Il galère pendant plusieurs heures pour leur parler... Des mails envoyés entre Décines et NDDL disparaissent... De leur côté, les potes en centre ville constatent que le gouvernement fait des pieds et des mains pour saper toute tentative de résistance, mais la détermination et motivation restent entières.

Lundi 9 septembre... Les coups bas de Valls continuent...

Ce matin Merlin m'apprend que les flics sont allés jusqu'à couper l'électricité à la maison des jeunes qui leur fournissaient l'accès à internet, coupé depuis... Prochaine étape, peut-être que la police va faire sauter le bâtiment ?

Sinon, les toilettes publiques de la mairie ont elles aussi été coupées pendant un moment... elles sont pourtant éloignées de l'église Saint Pierre.

Des bâches pour se protéger de la pluie.

Au sixième jour d'occupation de la place de l'église les filles et fils de butte ont dû tendre des bâches entre les arbres pour se protéger de la pluie. Les camarades tiennent grâce à l'aide des personnes solidaires qui leur apportent tout ce qui leur fait cruellement défaut dans une situation de totale précarité.

Malgré tous les coups tordus de ce gouvernement de sociaux traîtres, elles et ils tiennent bon et le moral est au beau fixe n'en déplaise à toute la flicaille.

L'opération César chez les Gones prend l'eau... La lucha sigue !

Note: à lire aussi l'excellent article de Politis très complet sur l'actualité à Décines avec moults vidéos et plein de chouettes photos ici : http://www.politis.fr/A-Decines-les-opposants-au-stade,23496.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

7 mai 2013

Photo I.Imbert. La résistance continue pour enterrer définitivement le projet : une chaîne humaine citoyenne contre le projet d’aéroport
de Notre-Dame-des-Landes a été organisée le samedi 11 mai à 14h à Notre-Dame-des-Landes. Pari réussi.
Un nouveau rassemblement les 3 & 4 août 2013 est prévu (à confirmer) :  pour soutenir la lutte contre le grand projet inutile de l’aéroport !!!…

Il faut absolument voir le portfolio   »portraits d’opposants » de Notre-Dame-des-Landes de la photographe Isabelle Imbert :
« Tous Camille », Notre Dame des Landes

Ben_NDDL_I_Imbert

Portraits d’opposants par Isabelle Imbert.

Ben, 32 ans.

Je suis ici depuis 2 ans. Pour moi, ce combat est une jonction entre des luttes locales et des luttes globales. J’ai trois enfants et je refuse de leur laisser ce monde-là. Ce choix n’est pas simple, car tout est fait pour entraver les modes de vie différents. Au-delà de l’aéroport, c’est l’exemple typique de la fuite en avant de la croissance. C’est une vision à court terme. On passe son temps à mettre des rustines sur un système économique moribond qui tient surtout grâce à la peur du changement ; Le changement, visiblement, c’est pas maintenant ! Il faut que les gens se réveillent… »