Contre la psychiatrisation de la révolte (rebellyon.info)

Contre la psychiatrisation de la révolte Rassemblement vendredi 11 mai à 9h30 au tribunal de Valence

Pour plus d’infos sur le début de la procédure voir sur : http://rebellyon.info/Acharnement-psychiatri que-sur-une.html

Christine a été présenté jeudi matin (03/05/12) devant la JLD (Juge de la détention et des liber­tés) au tribunal de Valence. Ce dernier devait statuer sur son maintien ou non en Hospitalisation sans Consentement (La mesure exacte d’hospitalisation sans consentement est une ASPDRE [1]. Sur la base des éléments avancés par son avocate, le JLD a alors décidé de faire établir une contre-expertise médicale afin de réexaminer le dossier lors d’une prochaine audience, le ven­dredi 11 mai à 10h.

Quelques personnes étaient présentes pour témoigner leur soutien à Christine mais se sont vu refuser l’accès à la salle d’audience par le juge, qui a d’abord prétexté que ce type d’audiences n’étaient jamais publiques. Puis se reprenant ensuite en arguant que l’audience ne pouvait être publique afin de ne pas "porter atteinte à l’intimité de la vie privé" de Christine [2]. Tout comme la mesure d’isolement interdisant les visites à Christine, cette pratique confirme la volonté de maintenir une chape de plomb sur ce type de procédure.

Christine reste donc maintenu au Valmont en Hospitalisation sans Consentement. Cela fait maintenant deux semaine qu’elle est à l’isolement et les médecins ne semblent pas vouloir reve­nir sur cette décision. L’isolement consiste en une suppression de tout contact avec l’extérieur (visites, même de sa famille, radio, livres, téléphone...) seul le courrier lui est actuellement auto­risé est peut être à tout instant supprimé par décision administrative ou médicale. Étant son seul contact avec l’extérieur n’hésitons pas à lui écrire à cette adresse :

Christine RIBAILLIY, 
Centre Hospitalier LE VALMONT 
Pavillon de la Tour 
26760 MONTELEGER

L’audience du JLD sera décisive sur la suite de son hospitalisation. Si elle est maintenue, l’examen de son bien fondé par le JLD ne se fera alors plus que tous les 6 mois. Laissant entre temps les médecins psychiatres les seuls à même de décider de la suite de la procédure.

Soyons donc nombreux ce jour là pour manifester notre soutien à Christine face à cette situation intolérable et pour demander sa libération immédiate.

RDV vendredi 11 mai à 9h30 devant le Tribunal de Valence.

Notes :

[1] Admission en Soins Psychiatriques à la Demande d’un Représentant de l’Etat).

[2] L’art L3211-12-2 du code de santé publique prévoit que ces audiences doivent normalement être publiques, mais il permet surtout sous prétexte « d’atteinte à l’intimité de la vie privé » ou de risques « de désordres de nature à troubler la sérénité de la justice » qu’elles se tiennent à huis clos. Tout comme de la même manière l’autorité médicale s’évite tout regard extérieur sur ces exactions sur le prétexte du respect du secret médical.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.