Amesys : Quand la technologie française de surveillance se mettait au service de la dictature libyenne.

Alors que Mediapart vient de révéler que Kadhafi aurait versé 50 millions d'euros pour financer la campagne présidentielle de Sarkozy en 2007, une nouvelle affaire explosive vient d'être mise à jour par les journaux en ligne Reflets-info et OWNI. Ces révélations à répétition pourraient dramatiquement remettre en cause "la République irréprochable" tant vantée par le candidat Sarkozy de l'époque.

L'article publié ce matin dans Reflets.info "Ça va chier des bull"(1), complété par celui d'OVNI "Alibi de Libye"(2), démontrent, sans l'ombre d'un doute, l'implication de l'Etat français à ses plus hauts niveaux, aux côtés de la société française de surveillance Amesys, dans l'aide apporté à la répression des opposants au régime de Kadhafi.

Le système de surveillance EAGLE d'Amesys a permis à la dictature lybienne, avec la bénédiction de Ziad Takieddine et de Claude Guéant, d'établir une surveillance généralisée de ses concitoyens, en contrôlant tous les moyens de communication utilisés par l'opposition (téléphones portables, réseau internet..).

Après l'affaire MAM - qui proposa à Ben Ali de former les policiers tunisiens aux techniques aguerries de la police française en matière de répression - la France, une fois de plus, se distingue comme un pays qui n'hésite pas à vendre son savoir faire aux pires "despotes sanguinaires".

Demain "OWNI Editions publiera une vingtaine de documents inédits démontrant l’implication de Claude Guéant, Brice Hortefeux et Nicolas Sarkozy dans ce contrat, à l’occasion de la publication d’un livre numérique consacré à l’histoire de ce scandale".

(1) http://reflets.info/ca-va-chier-des-bull/

(2) http://owni.fr/2012/03/14/alibi-de-libye/

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.