Les forces du désordre poursuivent leur opération de destruction sur la ZAD malgré une opposition acharnée des occupant-e-s

Ce matin, l'appareil répressif du Gouvernement saucialiste s'est encore renforcé sur la ZAD.

La route des fosses noires, qui relie celle de la Paquelais/Fay-de-Bretagne à celle qui va du carrefour des Ardillères à Vigneux, est totalement bouclée par les gardes mobiles et les CRS empêchant les habitant-e-s et les occupant-e-s de traverser ne serais-ce que la route pour faire trois mètres.

Environ 150 robocops armés jusqu'aux dents encerclent le Coin, maison située en face des Fosses noires. Les déménageurs en ce moment même terminent de vider la maison avant que les collabos qui travaillent pour Vinci viennent murer portes et fenêtres à l'aide de barrières anti-squats.

Nous assistons, sous nos yeux impuissants, au départ d'un couple de paysans, qui, épuisés par le harcèlement exercé par le donneur d'ordres Vinci, le Conseil Général de Loire-Atlantique et l'appareil répressif du Gouvernement Ayrault, se voient contraints de quitter leur maison.

Les flics alignés comme des anchois le long de la route, ont profité de l'opportunité pour permettre à Vinci de faire retirer les caravanes situées en face du Coin, de l'autre côté de la route, immédiatement évacuées sur des camions spécialement affrétés à cet effet. Caravanes qui étaient posées sur un terrain appartenant à la filiale de Vinci, AGO (Aéroport Grand-Ouest). Une cabane placée sur le même terrain a été détruite en quelques minutes, laissant, une fois de plus, des occupant-e-s sans toit sous une pluie battante.

Un autre lieu occupé situé près de la Saulce, l'Isolette, a été expulsé ce matin par l'appareil répressif d'État.

Les déplacements sur la ZAD, via la réseau routier, deviennent extrêmement compliqués. Les forces du désordre, déployées tout autour de la ZAD ainsi qu'à l'intérieur de celle-ci, sur tous les accès principaux, ne laissent que de rares passages encore accessibles aux habitant-e-s et aux zadistes.

Hier, le saccage de la forêt de Rohanne s'est poursuivi toute la journée. De nombreux arbres ont été détruits afin de faciliter l'accès des machines de destruction (pelleteuses, camions bennes, etc) à la cabane collective qui a finalement été rasée malgré la résistance de nombreux zadistes sur place.

Pendant ce temps le siège du Sabot, initié mardi matin, s'est poursuivit toute la journée, les condés arrosant copieusement les occupant-e-s d'environ 150 tirs de grenades lacrymos.

Les occupant-e-s de la Pointe ont eux aussi été expulsés hier au cours de la journée.

Cette liste cauchemardesque n'entame en rien notre détermination à poursuivre la lutte sur la ZAD et partout ailleurs tant que Vinci et toute sa clique de destructeurs de landes et de bocages n'auront pas définitivement abandonné tout projet d'Aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Le 19 octobre, 14H 30.

N.B. : Toutes les informations sur l'actualité, manifs, actions, appels à solidarité, contacts et autres sont disponibles sur le site de la ZAD : Zone A Défendre - Tritons crété-e-s contre béton armé

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.