Notre-Dame-des-Landes : Ayrault, prends ZAD dans ta gueule !

 © Zadist © Zadist
« Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend. » zadiste

« Pour nous, c'est 2000 hectares de liberté et de création, de légumes et de plantes, de fromages et de pain, d'animaux et d'humains, de musique et d'art.

Pour eux c'est un aéroport de plus...

De quoi avez-vous le plus besoin ? » zadiste

 © Zadist © Zadist
40 000 personnes en soutien à la lutte sur la ZAD

Alors que nous subissons, depuis maintenant un mois, les destructions de nos lieux de vies par les forces armées ripoux-blicaines saucialistes, la résistance au projet mégalo d'Ayrautporc continue de monter en puissance sur la ZAD.

Samedi, quelques 40 000 personnes ont défilé toute la journée de Notre-Dame-des-Landes au Rosier dans une atmosphère festive et conviviale pour signifier au gouvernement leur totale solidarité avec la lutte et leur refus de voir un nouvel aéroport rayer de la carte 2000 hectares de nature uniquement pour satisfaire l'appétit vorace des rapaces de la finance. Un cortège très compact de plus de 5 kilomètres a traversé la Zone à Défendre tout au long de la journée.

Les partis politiques faiblement présents (EELV, Parti de Gauche, etc.) sont presque passés inaperçus dans la foule immense. Leurs étendards se sont vus, dans le cortège, repeints de boue par des clowns activistes zadistes soucieux-ses de rejeter avec force toute tentative de récupération politique

La préfecture de Police atteinte du syndrome récurant de Pinocchio annonçait le chiffre fantaisiste de 13 500 personnes présentes à cette manifestation dans l'après-midi... Pourtant aucun flic en uniforme n'a été signalé tout au long de la journée sur la ZAD (hormis la présence de plusieurs flics en civils).

 © Zadist © Zadist
De nouvelles cabanes et maisons poussent un peu partout. La reconstruction a commencé.

Grâce à la solidarité qui s'articule partout sur la ZAD depuis plusieurs semaines, de nombreux chantiers collectifs ont commencé et déjà de nouvelles maisons s'apprêtent à accueillir tous les zadistes et sympatisant-e-s qui se sont retrouvé-e-s sans toit après les premières opérations de saccage initiées le 16 octobre 2012 par les forces terroristes de l’État français.

Dès la nuit tombée, les tracteurs de la Confédération Paysanne sont venus en nombre (400 tracteurs) acheminer le matériel nécessaire à la reconstruction sur les chantiers (portes, fenêtres, planches, etc.), alors que la manif. n'était pas encore terminée.

le toit du Rosier © Zadist le toit du Rosier © Zadist
Le Rosier en danger de destruction imminente

Le Rosier est, depuis le 16 novembre 16 heures, sous la menace des vandales de l’État saucialiste. Mais désormais le rapport de force a bien changé. Certes, le pouvoir dispose d'une armée de robocops lobotomisés du bulbe surarmés, de moyens financiers illimités (tant que les contribuables acceptent de casquer) et des machines de destruction de la DDE (grues, pelleteuses, manitous, camions de gravas).

En face, la résistance, sans arme, dispose d'un fort appuis populaire et d'une aide logistique qui ne cesse de grandir sans compter la présence sur place de nouveaux-elles résistant-e-s qui nous ont rejoint-e-s dans la lutte au cours de la manif de réoccupation et au fil de ses dernières semaines.

 © Zadist © Zadist
Les chemins et routes qui mènent au Rosier sont bloqués par plusieurs barricades et de nombreux-ses activistes sont posté-e-s sur tous les points stratégiques autour de la maison.

Désobéissance civile

Cette mobilisation exceptionnelle, et la solidarité qui en découle, montre que la lutte légitime que mènent (depuis des années pour certains) les habitant-e-s et occupant-e-s de la ZAD reçoit un écho favorable dans les classes populaires.

La désobéissance civile bat son plein et les actions contre Vinci et le PS se multiplient. Ce qui est injuste ne peut être accepté sous le prétexte fallacieux qu'il s'articule autour de lois iniques votées pour défendre les intérêts d'une oligarchie qui méprise ses populations.

 © Zadist © Zadist
Des solidarités autour de la lutte se sont crées dans toute la France et au-delà. Des collectifs s'organisent (75 collectifs dans toute la France) et planifient des actions partout où Vinci et son chien de garde Saucialiste sont présents. Les actes de résistance et de sabotage décentralisées se multiplient afin de faire courber l'échine du Gouvernement et de son donneur d'ordre Vinci qu'il protège à grand coup de deniers publics.

Nous luttons ensemble, unis contre la destruction planifiée, par Vinci et l’État saucialiste, d'une terre que nous aimons et que nous protégeons et continuerons à protéger jusqu'à l'abandon total du projet d'aéroport et de tout autre projet destructeur pour l'environnement sur la ZAD.

De plus, une fois le projet abandonné, les habitant-e-s de la ZAD resteront sur place. Des expériences, des échanges de compétences et de savoirs nous ont permis d'apprendre les uns des/avec autres. Depuis l'occupation du Rosier en 2007, c'est tout un village autogéré qui s'est petit à petit construit sur la ZAD. L'autogestion étant le but à atteindre.

 © Zadist © Zadist
Les destructions massives de nos lieux de vies et des jardins collectifs qui les entourent n'ont fait que renforcer notre détermination à faire capoter ce projet destructeur. Le Gouvernement a certainement imaginé qu'en pratiquant la politique de la terre brûlée, qu'en détruisant tout sur son passage il parviendrait à briser la lutte et son monde.

La très forte mobilisation de ce week-end montre bien que les saucialistes continuent de s'enfoncer avec leur opération César à la con. Il a tout essayé, nous a traité de terroristes, d'ultra-violents... L'État n'a réussi qu'à révéler les propres limites de son pouvoir, limites qui le conduiront tôt ou tard à sa perte.

 © Zadist © Zadist
Une lutte globale contre le capitalisme

Dans le monde entier se multiplient des résistances au capitalisme et à sa soif de profit.

Dans toute l'Europe les populations se battent contre les politiques d'austérité dictées par Bruxelles, la BCE et le FMI. Tous les gouvernements portés au pouvoir par les urnes, qu'ils soient conservateurs ou sociaux-démocrates, continuent de servir la soupe aux marchés financiers et aux intérêts privés, trahissant de fait les intérêts de leurs populations.

Au Japon c'est un peuple tout entier, toujours lourdement frappé par les rejets radioactifs engendrés par la catastrophe de Fukushima, qui se dresse sur le chemin des nucléocrates assassins (Areva, Vinci, EDF, TEPCO, etc).

 © Zadist © Zadist
Sur le continent américain les résistances se multiplient face aux exploitations de pétrole lourd, sables bitumineux, gaz de schistes et autres. La construction des pipelines XXL, qui passeront bientôt du nord du Canada au golf du Mexique, rencontre une opposition acharnée des populations indigènes et des activistes environnementaux. Du projet « Grand-Nord » au Canada aux mines d'uranium au Nouveau-Mexique (dont Areva est le principal bénéficiaire), la résistance est partout.

Au Brésil, les populations locales se battent contre les grands barrages hydroélectriques sur le fleuve Xingu (principal affluant du fleuve Amazone), les mines à ciel ouvert et la déforestation de la forêt amazonienne.

Au Mexique les communautés indigènes d'Atenco ont définitivement fait capoter un projet d'aéroport semblable au notre ! Cela grâce à leur détermination inébranlable conservée malgré une longue et rude lutte et les nombreuses brutalités policières qui en ont découlé.

 © Zadist © Zadist
Notre-Dame-des-Landes fait partie de cette lutte globale contre le capitalisme; lutte qui s'intensifie partout afin de combattre pied-à-pied un système politique ultra-libéral mondial destructeur.

La nature n'est pas à vendre !

L'humain n'est pas une marchandise !

La terre appartient à toutes et tous. C'est notre bien commun.

Vinci dégage ! Résistance et sabotage !

Des habitant-e-s en résistance - le dimanche 18 novembre

Dernière info :

Dimanche soir, déjà 40 camions de « Play-Mobiles » sont annoncés sur la zone certainement pour détruire le Rosier. Nous les attendons de pied ferme. La répression policière à Notre-Dame-des-Landes va, sans l'ombre d'un doute, s'accentuer mais nous ne lâcherons RIEN !!!

Toutes les infos et bien plus encore sont disponibles sur le site de la ZAD Zone A Défendre - Tritons crété-e-s contre béton armé

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.