mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 29 avr. 2016 29/4/2016 Dernière édition

Révolution populaire en Islande

 

La révolution en cours en Islande


Deena Stryker
Daily Kos

    Le fait qu'une seule émission de radio italienne (Radio Italia) ait parlé de la révolution en cours en Islande est un témoignage impressionnant du peu que les médias veulent bien nous dire sur le reste du monde. Les nord-américains ont pu se rappeler que, au début de la crise financière de 2008, l'Islande s'était déclarée en faillite. Les raisons n'en ont été abordées que très superficiellement, et depuis, ce membre peu connu de l'Union Européenne(1) est retombé dans l'oubli : L'islande. Du fait que les pays européens s'effondrent les uns après les autres, mettant l'euro en danger, avec des retombées pour tout le monde, la dernière chose que l'oligarchie dominante* souhaite est que le cas de l'Islande se transforme en exemple.

    En voici à présent les raisons :

    Cinq années d'un régime purement néolibéral ont fait de l'Islande (320 mille habitants et pas d'armée) l'un des pays les plus riches du monde. En 2003, toutes les banques du pays ont été privatisées et, dans le but d'attirer les investisseurs étrangers, elles ont offert des lignes de crédit dont les coûts très bas ont permis des taux de rendement relativement élevés. Les comptes appelés "icesave" attirèrent de nombreux petits investisseurs britanniques et hollandais. Mais, au fur et à mesure que les investissements s'accroissaient, la dette des banques étrangères s'accroissait aussi. En 2003 la dette de l'Islande était égale à 200% (cumul dette publique/privée(2)) de son PIB mais en 2008 elle en atteignait les 900% (cumul dette publique/privée(2)). La crise financière de 2008 donna le coup de grâce. Les trois principales banques islandaises - Landbanki, Kapthing et Glitnir - firent alors faillite et furent nationalisées, tandis que la couronne islandaise perdit 85% de sa valeur par rapport à l'euro. A la fin de l'année, l'Islande se déclara en faillite. 

    Contrairement à ce à quoi on pouvait s'attendre, la crise offrit aux Islandais l'opportunité de récupérer leurs droits souverains, par un processus de démocratie directe participative, lequel a finalement abouti, grâce à une persévérance inflexible, à une nouvelle Constitution.

    Geir Haarde, le premier ministre du gouvernement de coalition social-démocrate(3) négocia un prêt de 2,1 milliards de dollars, auquel les pays nordiques rajoutèrent 2,5 milliards de plus. Néanmoins, la communauté financière étrangère fit pression sur l'Islande pour imposer des mesures drastiques. Le FMI et l'Union Européenne voulaient prendre le contrôle de sa dette, en arguant qu'il s'agissait du seul moyen pour que le pays s'en aquitte à l'égard des Pays-Bas et de la Grande- Bretagne, lesquels s'étaient engagés à rembourser leurs citoyens.

    Les protestations et les désordres se poursuivirent et, finalement, contraignirent le gouvernement à démissionner. Les élections, anticipées à avril 2009, aboutirent à la victoire d'une coalition de gauche qui condamnait le système économique néolibéral. Mais, dans l'immédiat, cette coalition céda aux pressions exercées sur l'Islande afin qu'elle s'aquittât de ses 3,5 milliards(2) d'euros de dette. Cela impliquait que chaque citoyen islandais payât 100 euros par mois (prèt de 130 dollards) pendant 15 ans, avec un taux d'intérêt de 5,5%, amors que la dette avait été contractée par le secteur privé. Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase.

    Ce qui s'est passé ensuite est extraordinaire. La croyance que les citoyens devaient payer pour les erreurs d'un monopole financier, et que toute une nation devrait se voir imposer le paiement de dettes privées, tomba en morceaux. Ce qui aboutit à une transformation de la relation entre les citoyens et leurs institutions politiques, et conduisit finalement les dirigeants de l'Islande à se ranger du côté de leurs électeurs. Le chef d'Etat, Olafur Ragnar Grimsson, se refusa à ratifier la loi qui rendait les citoyens islandais responsables de la dette bancaire d'Etat, et accepta les appels lancés pour un référendum.

    Evidemment, la Communauté internationale ne fit qu'augmenter la pression sur l'Islande. La Grande- Bretagne et les Pays-Bas la menaçèrent de représailles terribles et d'isoler le pays. Pendant que les Islandais se rendaient aux urnes, les banquiers étrangers menacèrent de bloquer toute aide du FMI. Le gouvernement Britannique manaça de geler les épargnes et les comptes courants islandais. Comme le disait Grimsson, "nous avons dit que si nous nous refusions à accepter les conditions de la Communauté internationale nous deviendrions le Cuba du nord. Mais, si nous avions accepté, nous serions devenus le Haiti du Nord". Combien de fois ais-je écrit que, quand les Cubains voient l'état lamentable de leurs voisins d'Haiti, ils peuvent se considérer comme chanceux ?

    Lors du référendum de mars 2010, 93% de la population votèrent contre le remboursement de la dette. Le FMI congela immédiatement  ses prêts. Mais la révolution (qui n'avait pas encore était retransmise aux USA) ne se laissa pas intimider. Avec l'appui d'une population furieuse, le gouvernement poussa à des enquêtes civiles et criminelles concernant les responsables de la crise financières. Interpol émit un ordre internationnal de mise en détention pour l'ex-president de Kaupthing, Sigurdur Einarsson, ainsi que pour les autres banquiers impliqués qui quittèrent le pays.

    Mais les Islandais n'en restèrent pas là : Il fut décidé de rédiger une nouvelle Constitution pour libérer le pays du pouvoir exagéré de la finance internationale et de l'argent virtuel. Celle qui était en vigueur avait été écrite à l'époque où l'Irlande avait obtenu son indépendance du Danemark, en 1918, l'unique différence avec la constitution danoise étant que le mot "Président" avait été remplacé par celui de "Roi".

    Pour écrire la nouvelle Constitution, le peuple Islandais élut 25 citoyens parmi 522 adultes qui n'appartenaient à aucun parti politique, mais qui étaient recommandés par au moins trente personnes. Ce document ne fut pas l'oeuvre d'une poignée de politiciens, mais fut rédigé sur internet. Les réunions des électeurs furent diffusées en ligne, et les citoyens purent envoyer leurs commentaires et suggestions, du fait qu'ils étaient les témoins de ce document au fur et à mesure qu'il prenait forme. La Constitution qui émergera de ce processus de démocratie participative sera présentée pour approbation au Parlement, après les prochaines éléctions.

    Certains lecteurs se souviendront de l'effondrement agraire de l'Islande au IX ième siècle, mentionné dans le livre de Jared Diamond. Aujourd'hui, ce pays est en train de se remettre de son effondrement financier mais d'une manière totalement opposée à ce qui était considéré comme inévitable. Comme l'a confirmé hier la nouvelle directrice du FMI, Chistine Lagarde, a Fared Zakrie. Ils dirent au peuple grec que la privatisation de son secteur public était l'unique solution. L'Italie, L'Espagne et le Portugal font face à la même menace.

    On devrait regarder du côté de l'Islande. En refusant de se soumettre aux intérêts etrangers, le pays a indiqué clairement que le peuple est souverain libre. 

    Voilà pourquoi cela n'apparaît plus dans les actualités.

 

Traduit du portugais (Brésil) et de l'anglais

* traduction libre, le mot oligarchie dominante me paraissant plus adapté que "the powers"

(1) L'Islande n'était pas dans la communauté européenne. Elle a fait acte de candidature qu'en 2010.

(2) je me suis permis de corriger des erreurs faites par l'auteur, qui ont été rectifiées par les lecteurs de l'article sur le lien et dans les commentaires suivants - http://www.positivenewsus.org/editions/fal11/fal1105.html

(3) En fait il s'agit d'une coalition entre le premier ministre Geir Haarde de centre droit et les sociaux-démocrates.

Il n'existe pas, à ma connaissance, une nouvelle version corrigée par l'auteur, Deena Stryker.

Sources :

http://www.dailykos.com/story/2011/08/01/1001662/-Iceland-s-On-going-Revolution

http://www.midiaindependente.org/pt/blue/2012/02/503300.shtml

http://www.advivo.com.br/blog/luisnassif/a-revolucao-em-curso-na-islandia?page=1&utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

http://www.positivenewsus.org/editions/fal11/fal1105.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Elections législatives en Islande : victoire historique de la gauche dirigée par Johanna Sigurdadottir
Revue de presse internationale par l’ISITPar Caroline LEGUY *, le 28 avril 2009 Imprimer l'article Information sur l'article

*

Responsable du Centre de documentation de l’ISIT

Géopolitique de l’Islande. Revue de presse d’articles en français, anglais, allemand, espagnol et italien.

La coalition de centre gauche du Premier ministre Johanna Sigurdardottir, nommée par intérim en février 2009 suite à la démission du gouvernement islandais précédent, a remporté une victoire historique aux législatives anticipées en Islande face au parti conservateur, jugé responsable, après 18 ans de pouvoir, de l’effondrement du secteur bancaire qui a conduit l’île au bord de la faillite à l’automne 2008. Ce qui a mis la Russie en position d’apporter une assistance financière qui a placé le Kremlin dans une posture favorable. L’élection de Johanna Sigurdardottir ramène sur le devant de la scène la question de l’adhésion à l’Union européenne puisque le parti social-démocrate a fait campagne en faveur d’une demande immédiate d’adhésion et sur la nécessité d’adopter l’euro dans les quatre ans à venir. Cette position n’est cependant pas partagée par son allié Gauche-Verts et divise profondément les islandais. En avril 2009, la candidature de l’Islande à l’Union européenne reste donc informelle, un peu à l’image de la candidature ukrainienne. Au 1er mai 2009, seulement trois pays ont officiellement le statut de candidat à l’Union européenne : Croatie, Macédoine et Turquie.

Source : //static.mediapart.fr/sites/all/libraries/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/emotions/img/smiley-wink.gif" alt="Clin d'œil" title="Clin d'œil" />.

A bientôt Sourire.

Amitié Étreinte.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 26 abonnés

Le blog de Bob 92 Zinn