Enfants de chômeurs interdits de cantine : Signez la pétition !

http://www.enfants-tous-egaux.fr/petition/

Enfants, tous égaux !

Signer la pétition

Contexte

À Saint-Cyr-l’École (Yvelines), la mairie a institué des priorité et conditions d’accès aux services périscolaires, selon la situation professionnelle ou l’état de santé des parents. Ainsi, pour la restauration scolaire, les enfants ayant un parent ne travaillant pas (chômage, congé parental ou autre) n’ont plus droit qu’à deux jours de cantine au lieu de quatre par semaine. Et encore, « suivant les places disponibles »… Si un des parents est au chômage ou en longue maladie, l’enfant n’a le droit au centres de loisirs qu’une fois par mois au lieu de tous les mercredi.

Pour discriminatoires et illégales qu’elles soient, de telles dispositions existent encore dans de nombreuses communes.

Il est aujourd’hui encore nécessaire de réaffirmer la loi et les valeurs de l’école républicaine en refusant toute sélection de enfants selon la situation de leurs parents.

PÉTITION

Constatant que de nombreuses communes en France établissent des restrictions d’accès aux services publics périscolaires, en particulier la restauration, selon la situation de leurs parents,

Que l’opprobre est jetée sur des enfants qui, parce qu’ils ont un parent au chômage, souffrant de maladie, subissant des difficultés sociales ou économiques, ayant choisi un congé parental, sont rejetés en tout ou partie de ces services,

Que ces restrictions portent atteinte aux droits de l’enfant dans son développement,

Que ni la loi ni le principe essentiel d’égalité ne sont ainsi respectés au sein de l’école républicaine,

Nous affirmons que tous nos enfants doivent bénéficier des mêmes droits à l’école quelle que soit la situation de leurs parents, pour qu’ils y trouvent les moyens de s’épanouir, pour que l’école soit aussi un apprentissage de l’égalité et non de rejet et de discrimination.

Nous demandons aux communes de bannir toute disposition tendant à de telles discriminations des enfants.

Nous demandons aux pouvoirs publics, en premier lieu les préfets, de s’opposer à ces discriminations en déférant les réglementations illégales aux tribunaux administratifs pour qu’il y soit mis fin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.