Platini demande aux brésiliens qu'ils augmentent leurs doses d'opium

 

Oh la la :( Oh la la :(
Le peuple a faim  ? Qu'il mange des brioches

  Samedi dernier, le 25 avril, Michel Platini, ex-star du football français et président de l'UEFA, a dérapé dans un entretien collectif en envoyant un message débauché aux brésilien-ne-s :

« Il Faut absolument dire aux Brésiliens qu’ils ont la Coupe du monde, qu’ils sont là pour montrer la beauté de leur pays, leur passion pour le football et que, s’ils peuvent attendre un mois avant de faire des éclats un peu sociaux, ce serait bien pour le Brésil et pour la planète football, quoi. Mais bon, après, après, on ne maîtrise pas, quoi.”(…)

La « Star » Platini, au profil humaniste équivalent à zéro, trouve que la faim peut attendre quand le sport brille. Comme Pelé et Ronaldo, Platini est le produit de la “Planète Football”, endroit où le ballon occupe la place du cerveau et selon eux, le peuple brésilien doit être un peuple dénué de tout discernement. Le plus important c'est le ballon sur le terrain et le pognon dans la poche…Particulièrement le leur.

Les valeurs morales de Platini se sont révélées douteuses, bien au-delà de l’ignorance habituelle d'une bonne partie de ces athlètes. Le peuple n'a pas de pain ? Qu'il mange des brioches… Le plus drôle, c'est que l'UEFA n'est pas directement liée à la coupe du monde et jusqu'à présent elle ne s'est pas exprimée sur la gaffe de son Président. Peu de journalistes ont parlé de ce dérapage avec l'importance qu'il mérite, car en fait, Platini reste Platini et peu importe les revendications d'une société comme la nôtre.

Les français réagissent mal au message arrogant de la pop star. Une majorité défend des causes sociales et ne voit pas d'un bon œil ce dérapage et l’indifférence des journalistes. Bien que les français ne soient pas des cinglés de football au détriment du social et nombreux d'entre eux suivent les conflits sociaux brésiliens.

Mélange d'inconscience, de condescendance et de cynisme dans des proportions respectives difficiles à déterminer, cette déclaration – qui mérite à peine d'être interprétée tant elle est parlante – traduit l'irritation d'un cacique qui se demande ce qu'il faudrait de plus au peuple brésilien, cet ingrat, pour rentrer dans le rang et être conforme aux clichés auxquels on l'assigne (la fête et le football), ou du moins pour attendre que la caravane soit passée pour exprimer ses revendications. Ces paroles disent ainsi l'indifférence des gouvernants du football pour le sort des populations concernées, et leur volonté de ne pas les entendre exprimer l'obscénité que peut représenter le coût de l'organisation d'une Coupe du monde dans un pays où la pauvreté et les inégalités déchirent déjà le tissu social.”. Jérôme Latta, journaliste au Monde

Platini, fait plaisir aux brésiliens, reste à la maison ou fais-toi héberger à Ipanema, dans la favela du Pavão-Pavãozinho, la vue y est magnifique !

RAS LE BOL…

Traduit du portugais

Source : http://www.comunidadebrasileiranafranca.com/michel-platini-pede-aos-brasileiros-que-aumentem-sua-dose-de-opium/

 http://latta.blog.lemonde.fr/2014/04/28/platini-recommande-aux-bresiliens-daugmenter-les-doses-dopium/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.