Le maire de Fréjus fait interdire un stand du Parti de gauche

Le maire de Fréjus a fait intervenir la police municipale pour chasser un stand du Parti de gauche installé dimanche matin sur le marché de Fréjus-Plage.

Le stand du Parti de Gauche

. Photo D. R.557661553456526855707741447a7a37?_RM_EMPTY_&commune=Frejus&rubrique=Var;Derniereminute;France;Politique

Sur le marché de Fréjus-plage, dimanche matin, la police municipale est intervenue pour déloger un stand du Parti de gauche. Motif invoqué : le non-acquittement de la redevance d'occupation de l'espace public.

Luc Léandri, conseiller régional du Parti de gauche, et quelques militants tenaient un petit étal, dimanche matin, place de la République. Ils organisaient ce qu'ils appellent une votation citoyenne au sujet de la révocation des élus, et proposaient une urne où les passants pouvaient donner leur avis sur la question.

Au cours de la matinée, ils ont reçu la visite de la police municipale qui les a intimé de quitter l'espace public, au motif qu'ils n'avaient pas fait de demande d'occuper un coin du marché, et donc pas réglé la redevance. « On n'avait rien à vendre, justifiait l'élu Luc Léandri. Et on ne gênait personne. Notre table fait 80 cm par 60 cm alors quand j'entends le maire FN parler d'entrave, ça me fait rire »

Du côté de la mairie, on a réagi promptement à travers un communiqué publié sur le site de la ville, expliquant que « le cadre réglementaire est le même pour tous, et que [la municipalité] a pour mission première de veiller à ce qu’il soit respecté en toutes circonstances. » Le sénateur maire, David Rachline, assume : « Eux parlent d'un abus de pouvoir ? Je relève surtout l'abus de leur part de s'installer en plein milieu du marché, sans autorisation. J'ai reçu des appels de Fréjusiens se disant gênés par ce groupuscule. »

Le procès-verbal, qui a été dressé par la police municipale, ne fait pas peur à l'élu de gauche. « Il n'y a pas d'illégalité, on est là dans l'interprétation de la loi... Nous attendons que ce PV nous parvienne pour attaquer en justice », annonce Luc Léandri.

Publié le lundi 10 novembre 2014 à 15h54  dans Var-Matin

 


 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.