Là-bas si j'y suis et son 7-9 NEUF.

Bonjour,

Salle comble et motivée pour soutenir LÀ-BAS en route vers la toile. Vous étiez plus de 500 à la Maison des métallos, le 31 octobre. Merci à toutes et à tous ! Et dabord cette excellente nouvelle, plus de 6 000 abonnés en six semaines ! Bravo à vous qui participez ainsi à la construction d'un nouveau média critique, indépendant et engagé. Mais ne lâchons rien, nous en sommes au tiers du chiffre nécessaire pour faire décoller -BAS et son 7-9 NEUF. Nous pouvons y arriver, mais tout dépend de vous ! Cest uniquement avec vos abonnements que nous construisons ce site et léquipe qui va le faire vivre.

Alors abonnez-vous, faites abonner, faites circuler sur vos réseaux, soutenez la différence, la vraie. Et retrouvez sur notre site de larges extraits vidéos de la soirée. Pour vous régaler et vous fâcher tout rouge !

S'embarquer sur la toile n'est ni un refuge, ni une revanche, cest une nouvelle aventure. Nous ne sommes pas non plus en train de monter une boîte, mais de construire le moyen de continuer et de développer Là-bas si jy suis, à savoir :

- un journalisme de contre-pouvoir, à la fois rigoureux, populaire, original et engagé.
- un souci permanent d'éducation populaire et d'auto-défense intellectuelle, en diffusant les outils et les moyens politiques (et poétiques) de la résistance et de l'émancipation.

Vous avez l'occasion de participer à la construction de ce projet en vous abonnant et en répandant la bonne nouvelle !

« Je crois que ce 7-9 NEUF ne serait pas conforme à sa belle ambition sil ne poursuivait pas méthodiquement le projet de mettre les auditeurs très en colère. Jaime à croire qu'il n'y a pas de hasard chromatique dans l'expression populaire qui dit qu'on est fâché tout rouge. Fâché tout rouge, cest bien ce que l'époque appelle impérieusement. Le 7-9 NEUF doit être lun de ces rares endroits d'où lon puisse enfin entendre ce que nous sommes de plus en plus nombreux à penser, à savoir que ce pouvoir nous dégoûte, et qui, ajoutant au présent qui nous enrage la figure d'un avenir à espérer, nous décide à joindre le geste à la parole. »    Frédéric Lordon


On tuerait père et mère pour être invité dans la matinale de France Inter. Mais pour Jean-Luc Mélenchon, c'est un calvaire et les questions sont nulles.
Il a osé le dire à la soirée de LÀ-BAS aux métallos en visant Patrick Cohen, l'animateur de l'émission qui a réagi ce matin sur l'antenne. Cliquez ici pour écouter Jean-Luc Mélenchon et Patrick Cohen.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.