bonaccolaur
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 août 2022

bonaccolaur
Abonné·e de Mediapart

Pour avoir aidé une migrante, un enseignant ne peut plus exercer son métier

Un certain nombre d'articles de presse font état depuis quelques mois d'une importante pénurie d'enseignants en France. Une manière originale et saugrenue, pour un professeur contractuel de philosophie, d'aggraver cette pénurie, en tout cas de ne pas y remédier, consiste à avoir voulu venir en aide à une Afghane et à son fils qui tentaient de fuir leur pays.

bonaccolaur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors qu’une pénurie notoire et sans précédent d’enseignants sévit actuellement en France, il m’est désormais impossible d’exercer mon métier de professeur contractuel de philosophie (niveau Bac + 5). La raison ? Mon casier judiciaire (bulletin n°2) comporte une mention. Mon crime ? J’ai aidé, en juin 2021, une Afghane de 32 ans et son fils de 8 ans qui fuyaient leur pays à franchir une frontière européenne.

C’est en candidatant à un poste en septembre 2021 que j’ai appris, par le rectorat de Marseille, que mon casier judiciaire comportait une mention, ce que j’ignorais totalement. Certes, je n’ignorais pas avoir été condamné par la justice bulgare quelques mois auparavant, mais j’étais loin de me douter que cette condamnation survenue à l’étranger figurait sur un fichier a priori national (sans que personne, de surcroît, ne m’en informe).

Voici le résumé de l’histoire.

J’ai travaillé en 2010-2011 en Afghanistan comme professeur-formateur de français langue étrangère (au sein du projet « ALEM »). C’est à cette occasion que j’ai eu comme élève Soraya Afzali, qui suivait alors un cursus de licence en langue et littérature françaises à l’université de Kaboul. Après l’obtention de sa licence ainsi que d’un master en administration publique, Soraya a travaillé pour les Nations Unies et pour Counterpart International ; elle était chargée de la défense et de la revalorisation des droits des femmes afghanes.

Par ailleurs, sur le plan privé, Soraya est divorcée, mère d’un garçon de 8 ans.

Lors de mon année passée à Kaboul, j’avais également fait la connaissance du frère de Soraya, Bassir Afzali, qui était interprète pour les Français et qui a obtenu par la suite la nationalité française, et avec qui j’étais resté en contact après mon départ de l’Afghanistan. C’est lui qui, en avril 2021, m’a fait part de la volonté de sa sœur de fuir son pays et m’a demandé de l’aider, de les aider dans la réalisation de ce projet qui, en fait, n’était pas récent, mais était devenu impérieux et urgent.

En effet, avant même le retour des Talibans, que tous les Afghans savaient imminent et inéluctable, Soraya était déjà soumise, depuis un certain temps, à nombre de pressions et de menaces, parce qu’elle était divorcée, d’une part, et, de l’autre, qu’elle travaillait avec et pour des Occidentaux dans la défense des droits des femmes.

Elle avait déjà tenté à plusieurs reprises et par la voie légale de quitter son pays, mais, après avoir essuyé toutes sortes de refus, entre autres d’obtention de visa, de la part des autorités françaises, elle a opté pour le seul moyen restant : se rendre en Turquie (un des rares pays qui accordent des visas aux Afghans), et, de là, tenter de passer en Europe par la Bulgarie.

J’ai donc accepté d’aider Soraya et son fils et je me suis rendu en Turquie en mai 2021. Après avoir élaboré un plan dans le détail duquel il est inutile d’entrer ici, nous avons, Soraya, son fils et moi, franchi en voiture la frontière bulgare et nous nous sommes fait serrer.

Après deux jours de garde à vue pendant lesquels les policiers ont bien vu que j’étais tout sauf un passeur, j’ai été condamné par le tribunal de Svilengrad à la peine minimum d'un an de prison avec sursis et de 5000€ d’amende. Soraya, quant à elle, a été transférée avec son fils dans un centre de migrants dans l’attente de son jugement, qui a eu lieu un mois plus tard. Ayant ensuite recouvré une liberté relative, elle a pu passer en Serbie en se mêlant à un groupe de migrants, et, de là, en Croatie, puis en Slovénie, en Italie et jusqu’en France, finalement, où elle vit désormais, depuis août 2021, chez son frère en banlieue parisienne. Sa demande d’asile a reçu, de la part de l’OFPRA, une réponse positive : Soraya Afzali et son fils Atal bénéficient désormais du statut de réfugiés en France.

C’est donc pour avoir aidé cette jeune Afghane et son fils que je ne peux plus exercer mon métier d’enseignant, désormais incompatible avec un casier judiciaire non vierge, et qui plus est à ce moment précis de pénurie de professeurs au sein de l’Éducation Nationale française (qui pousse certaines académies déficitaires à organiser des « jobs datings »…).

Cette situation tout à fait insolite constitue le premier objet de ce billet. Le second est le suivant.

Une manière de résoudre mon problème serait de demander l’effacement de cette mention, « traite d’êtres humains » (oui, vous avez bien lu !...), qui figure depuis plus d’un an sur le bulletin n°2 de mon casier judiciaire. Seulement voilà, pour qu’une telle demande soit recevable, il faut s’être acquitté de sa ou ses peines ; autrement dit, il faut que le paiement des 5000€ d’amende ait été effectué (la peine de prison étant assortie d’un sursis, elle n’est pas mise à exécution). Or, non seulement je n’ai pas encore payé cette amende, mais je ne sais pas quand je serai en mesure de la payer ni même si je le serai un jour (je suis, en effet, pour le moment sans emploi et bénéficiaire du RSA depuis octobre 2021…).

De toute évidence, on a là un beau serpent qui se mord la queue : pour demander/obtenir l’effacement, je dois payer, donc travailler ; pour pouvoir travailler, je dois demander/obtenir l’effacement… L’espoir de résoudre mon problème de cette façon-là est donc quasiment nul ; de fait, cette demande d’effacement n’est pour l’instant même pas recevable.

Voilà pourquoi j’ai décidé de publier cette histoire, rocambolesque à bien des égards, sous la forme d’un billet de blog dans la partie Club de Mediapart. C’est en quelque sorte pour moi une manière, plus d’un an après qu’elle a été prononcée, de faire appel de cette condamnation dont on peut estimer qu’elle est, en un sens, injuste, aussi bien en elle-même que dans ses conséquences.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis