Après un parcours du combattant, la nouvelle vie de Karim Jemaï, apiculteur d'Aulnay

Karim Jemaï est apiculteur. Il a grandi à la cité des 3000 d’Aulnay-sous-Bois. Il y a encore quelques années, il n’imaginait pas pouvoir vivre de l’apiculture et pourtant, il l’a fait. Portrait.

retouches-karim-photo-bb-17-mars-18-0038

« C’est du vrai miel ça ? ». La question revient plusieurs fois en quinze minutes sur le marché de Sevran ce samedi matin. “Vous voulez goûter ?”, lance Karim Jemaï aux sceptiques. Les bâtonnets en plastique plongent alors aussitôt entre les pots de miel, de châtaigne, ceux d’acacia, de miel crémeux ou de forêt, les clients ont le choix.

Karim est producteur de miel. À côté de ses pots bien disposés sur son étal, cire et pollen sont aussi en vente. « C’est bien d’avoir un vrai producteur qui vend ses produits ici ! » sourit Mohamed, un client régulier qui a déjà recommandé les miels de Karim à plusieurs amis. A Sevran, l’apiculteur vend ses produits tous les jeudis et samedis matin et au quartier de la Rose-des-Vents à Aulnay-sous-Bois tous les vendredis et dimanches. Ici, Karim est chez lui.

Karim Jemaï est un garçon du terroir. Né et grandi à la cité des 3 000 d’Aulnay-sous-Bois, il y a deux ans, l’homme décide de se lancer dans l’apiculture. Pas encore considéré professionnel, il fait partie de la grande majorité des apiculteurs en France reconnus « producteurs familiaux ». « En France, il faut avoir plus de 200 ruches pour être reconnu comme professionnel » explique-t-il. En deux années, Karim est parvenu à cumuler une cinquantaines de ruches. Il produit aujourd’hui entre 20 et 40 kg de miel par ruche, soit entre 600 et 1 200 kg par an de miel sur ses quatre récoltes.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.