À Paris, un rassemblement en mémoire d’Ismaïl Bokar Deh, mort percuté par la police

Ismaïl Bokar Deh, vendeur d'articles de souvenirs devant le château de Versailles, est décédé le 30 avril percuté par un fourgon de police alors qu'il tentait de fuir un contrôle d'identité. Collectifs et associations d’aide aux sans-papiers ont manifesté, vendredi 11 mai, pour exprimer leur désarroi et réclamer justice pour le Sénégalais de 58 ans

ismael-deh-1170x480-c-default

Il est 15h30, place de la République, lorsque le rassemblement commence. De nombreuses banderoles sont déjà déployées appelant à se mobiliser contre les violences policières. Certains des manifestants en profitent pour distribuer des prospectus pour l’abandon du projet de loi « Asile et immigration », discuté en juin au Sénat. Quelques minutes après le début du rassemblement, quelques manifestants équipés de mégaphones ont entonné plusieurs chants dont celui des tirailleurs africains qui ont combattu aux côtés de la France.

À l’initiative de cette manifestation, des collectifs de sans-papiers et des familles de victimes de violences policières pour exiger la vérité sur la mort d’Ismaïl Bokar Deh. Le Sénégalais de 58 ans vendait des babioles aux abords du Château de Versailles, aux côtés de nombreuses personnes en situation irrégulière, comme lui. Le 30 avril au matin, Ismaïl quitte sa femme pour la dernière fois. Il est percuté par un fourgon de police plus tard dans la journée alors qu’il essaye d’échapper à un contrôle. Il était père de huit enfants. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.