Bondy Blog
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2018

Lucien Jean-Baptiste : « L'impression de ne pas exister dans l’imaginaire du cinéma »

Parrain de la cinquième saison du programme itinérant de courts-métrages Quartiers Lointains, Lucien Jean-Baptiste a accordé un entretien au Bondy Blog. L'occasion de revenir sur ses débuts d'acteur mais aussi d'évoquer la diversité dans le cinéma

Bondy Blog
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Bondy Blog : Pour quelles raisons avez-vous eu envie de devenir comédien ?

Lucien Jean-Baptiste : C’est un rêve d’enfant. Petit, je faisais plein d’imitations. J’avais ça en moi. Malheureusement quand tu grandis en banlieue dans les années 70, tu n’as pas beaucoup de représentants. Jusqu’à mes 30 ans, j’ai toujours cru que le fait de devenir acteur n’était pas pour moi. J’ai vécu un drame personnel qui m’a permis de réaliser que je devais vivre mes rêves, je suis donc allé m’inscrire au Cours Florent, la vie a suivi son cours et j’ai réussi à jouer dans des films.

Le Bondy Blog : Vous avez travaillé dans l’événementiel avant de connaître le monde du cinéma. Que vous a apporté cette expérience ?

Lucien Jean-Baptiste : Ça m’a apporté deux choses. J’ai eu une vie. Une vie normale avant de devenir acteur puisque j’ai commencé à 30 ans. Toute expérience est bonne pour un acteur. Il faut vivre autre chose. Ce n’est pas comme si je n’avais fait que ça. Je sais ce qu’est la vraie vie. J’avais un poste de manager. Ça m’a aidé à diriger une équipe. Ça ne me faisait pas peur.

Le Bondy Blog : Pourquoi avez-vous accepté de parrainer la cinquième saison de Quartiers Lointains dont le thème porte cette année sur « l’image de soi » ?

Lucien Jean-Baptiste : Parce qu’on a besoin de faire évoluer les imaginaires. Ces jeunes auteurs et réalisateurs, c’est notre nouvelle vague à nous. On a besoin de voir leurs histoires. Ces jeunes ont besoin d’être soutenus pour faire évoluer le cinéma français.

S’il faut mettre des quotas, on met des quotas, quitte à les enlever après

Le Bondy Blog : Que pensez-vous de l’idée d’instaurer des quotas « diversité » dans le cinéma ?

Lucien Jean-Baptiste : C’est très bien et en même temps ce n’est pas bien. C’est toujours le même problème, même pour les femmes. Malcolm X disait « By any means necessary » [Tous les moyens sont bons, NDLR]. S’il faut mettre des quotas, on met des quotas, quitte à les enlever après. Mais il faut faire bouger les choses. Tous les gens qui sont contre auront beau dire qu’on est déjà assez représentés, mettons des quotas et on verra ce qui se passe. On l’a fait en politique pour avoir la parité et on voit encore qu’il n’y a pas assez de femmes.

Pour lire la suite, rendez-vous sur le Bondy Blog

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod