Paris truqués : la France est loin d’être épargnée par la corruption

On en a beaucoup parlé. L’affaire des paris truqués a fait grand bruit dans le milieu sportif en général et du handball en particulier. Désormais, les noms de Nikola et de Luka Karabatic sont davantage associés à l’affaire dite « des paris truqués » qu’à leurs performances sportives. Cas isolé, ou la corruption et la triche sont-elles déjà en train de gangréner le sport français ?

L’affaire des paris truqués : la face immergée de l’iceberg ?

Suite à leur condamnation, les frères Karabatic n’ont pas souhaité se pourvoir en cassation. Rappelons qu’ils ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis et 10 000 € d’amende pour complicité d’escroquerie par manœuvre frauduleuse. Décision acceptée par les accusés, donc, qui veulent « tourner la page ». Au-delà de la condamnation judiciaire, c’est également une sanction de la Ligue nationale de handball (LNH) : une suspension de six matchs dans toutes les compétitions nationales pour Nikola Karabatic et deux matchs pour son frère Luka. Suite à cette affaire, le monde du sport (mais aussi l’opinion dans son ensemble) s’est indigné. Pourtant, si le cas Karabatic a fait grand bruit, il est loin d’être unique.

Un réseau mondial de corruption qui n’épargne pas l’Hexagone

Une enquête de L’Équipe permet ainsi de mieux comprendre qu’à tous les niveaux, le principe des paris truqués gangrène le sport. Grâce à un exemple datant d’une rencontre de 2014, on constate qu’il devient parfois compliqué de faire confiance aux sportifs, en équipe ou individuels. Lors d’un match entre l‘Étoile Fréjus Saint-Raphaël et Colomiers de mai 2014, les spectateurs incrédules voient leur équipe, l’Étoile, pourtant donnée vainqueur, encaisser les buts de manière improbable. Trop gros… Deux joueurs sont alors mis en examen en 2016 pour « corruption passive » et « participation à une association de malfaiteurs ». Ils sont soupçonnés d’avoir été payés pour perdre deux matchs. Quant à la rencontre contre Colomiers, elle a généré des paris de près de 30 000 euros placés sur un site interdit en France. Après plus de deux ans d’enquête du Service central des courses et des jeux de la police judiciaire, le Parquet national financier devra trancher et il ne serait pas étonnant que cela ouvre la voie à d’autres enquêtes.

En 2015, un site spécialisé évoquait les paris truqués aux États-Unis, mais l’Europe est elle aussi déjà touchée, avec des procès en Allemagne ou encore en Italie. C’est vers l’Asie qu’il faut se tourner pour trouver des réponses… Des paris sur des équipes données perdantes et qui permettent de remporter la mise ! Avec le premier procès de ce genre en 2018, d’autres révélations ne manqueront sans doute pas de rythmer les informations sportives de l’année à venir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.