bonvent
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2010

La veille du Toussaint, le bain de sang coule sans frein

bonvent
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

E
n Irak, sept ans de l’occupation américaine vers la fin, mais le sang des innocents coule encore, sans frein… juste à la veille du Toussaint, une violence sanglante produit plus de cinquante morts dans une seule église.Difficile à croire, cette terre, était un des berceaux des anciennes civilisations, mais aujourd’hui, elle est devenue un théâtre des conflits, un endroit de malédiction. Que se passe-t-il à ce moment, là-bas, pourquoi a eu lieu de telle barbare action ?La chair des humains est déchirée sous le regard de Dieu…Le sang tache l’autel, quelle bestialité, dans un tel lieu ?L’homme de foi (prêtre) a reçu une balle par le dos, Des croyants quittent leurs proches sans pouvoir dire : Adieux !Ah, les puissants, les saints et le Dieu, où étiez-vous ? Pourquoi permettez –vous de fermer vos yeux ?Oui, à ce moment en Irak, la guerre d’invasion inachevée vers la fin, mais le chemin vers la paix est encore assez loin. Par ailleurs, une telle guerre basée sur le mensonge n’est toujours pas justifiée, elle détruit non seulement la structure d’un vieux pays de l’ancienne civilisation, mais aussi la confiance de l’humanité.La confiance de l’humanité est abîmée par une guerre non justifiée. Depuis la guerre en Irak, aux yeux des gens ordinaires, on voit qu’il s’agit de moins en moins de possibilité pour mieux différencier la vérité et le mensonge, la bienveillance et l’intrigue, la sincérité et l’hypocrisie.Sept ans s’est passé, une guerre sans vainqueur, ni vaincu. Du depuis de sept ans, la puissante armée américaine a renversé facilement un pays et sa souveraineté. Au bout de seps ans, on voit qu’elle y laisse des gens s’entre-tuer. Est-ce au nom de qui et selon quoi, ceux qui sèment la guerre s’échappent toujours leur responsabilités ? Malgré leurs actes renforcent tant de hostilités !Une guerre sans victoire ni gloire, en revanche, créer beaucoup de désespoirs. Oui, la désespérance pour beaucoup, parce que c’est une guerre injuste et absurde, contestée par le monde pacifique, même avant qu’elle ne soit commencée; parce que c’est une guerre contre courant: on se souvient du commencement de 2003, encore que la forte fréquence des manifestations contre cette guerre, elle est enfin déclenchée par la main de quelques politiciens américains et leur alliés.Désespérer : parce que, parfois, la manifestation de la masse est devenue impuissante, impuissant devant les politiciens de fou furieux et puissants… Désespérer même par la loi, si une loi est faite par des puissants pour des puissants.Aujourd’hui, que l’armée américaine ne puisse pas y dominer, alors, elle est rentrée, mais ce qu’elle laisse là-bas, ce sont des cicatrices qui ne peuvent pas être cousues, des plaies s’ouvrent continuellement à être infectées. Des brûlures trop denses auxquelles on n’a pas de remède efficace pour les tranquilliser. Etc.…
Les larmes du proche des victimes irakiennes coulent encore et toujours, sans doute que le bain de sang renforce une fois de plus les injustices, et les sentiments de l’injustice nourrissent la violence. Bref, une chaîne du mal circule en rond et recommence…Faute de qui ?Le chagrin de tous ceux qui souffrent de la perte est partagé, pensons à vous et à l’espoir où les mêmes drames ne soient plus reproduits.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre