bonvent
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juin 2010

bonvent
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

€ ressuscite

C’est quoi " € ", ce petit dessin ? C’est le symbole d’EUR bien sur, une marque d’un nouveau billet-monétairecourant (une monnaie en qualité de l’échange internationalement libre) depuis à peu près 9 ans. C’était une initiative.

C’est merveilleux de revoir ce temps-là, cette nouvelle naissance passait rapidement du bébé à la maturité, oui, on se souvient encore du premier janvier 2002, la fête de nouvel an cette année-là, s’est déroulée dans la célébration de "". Ayant vu partout l’image de"": ce symbole avait suscité beaucoup d’émotions et d’imaginations pendant les jours de fêtes. Le dessin ""est donc le symbole d’une monnaie d’un code de trois lettres EUR pour présenter au niveau international. Au moment où le "" lançait sur le marché, il n’y avait que 12 pays dont la Grèce était sur la douzième place.

En tant qu’un symbole, que signifie-t-il ce ""? On disait que le "€" est d’un signifiant de multiple sens culturel: d’abord, le corps de ""estla lettre "C", le "C" est la 3e lettre de la langue anglaise également pour le français; puis le "C" semble à "ɛ" dont la 6e ( 5e ?) lettre en grecque, ceci implicitement dit qu’il ne faut pas oublier la grâce de la Grèce, puisque la Grèce était le berceau de la culture européenne. Voyons ensuite ce "", sur le "C" où se trouve une paire de traits horizontales, figurativement l’esprit de la stabilité. Chouette, n’est-ce pas? Très significatif ! En plus, les 2 lignes traversées sur le "C" nous renforcent à penser des symboles comme ¥ et £, monnaies fortes sur le marché économique et financier international. Donc on voit assez claire que dès sa naissance, le "€" s’était symboliquement associée à l’idée de concurrencer sur les marchés mondiaux.

Bien sûr, chacun pourrait penser à "" selon sapropre imagination. A mon regard, je vois "" ressemblant à une bague d’alliance, ainsi qu’on peut imaginer de telle façon que, le premier cercle des 12 pays de la zone d’EUR est comme une nouvelle famille recomposée, une famille recomposée adopte un contrat de mariage dont un pacte sur la notion des biens séparés et le renoncement de la succession y impose. Alors, après le mariage chaque membre de la famille gère seul son revenu et sa dette.

Si on considère "€" comme une bague d’alliance, alors, cette bague avait fait grâce à la fonte et la reconstitution des anciennes monnaies nationales: telles que FRF — la France, BEF — Belgique, LUF — Luxembourg, DEM —Allemagne, ESP — Espagne, NLG — Néerlandais, IEP— Irlande, FIM — Finlande, ATS — Autriche, ITL — Italie, PTE(ESC) — Portugal, GRD — Grèce. Les douze anciennes monnaies nationales se fondent en une seule monnaie d’une Europe communautaire, au de-là, (EUS) représente ainsi un capital uni issu des richesses associées. Cependant, par son destin, "" doit se charger d’une ambition, un défi face à la concurrence mondiale du marché économique, c’est en ce milieu, "" se tient à jouer un rôle de leader monétaire au côté de $. Peu de temps après sa parution, manifestement, "" montrait déjà son dynamisme au monde ; "€",lafigure d’une nouvelle monnaie forte; et se transformait comme la 2è monnaie la plus utilisée dans les transactions. ,lafigure de la puissance et l’indépendance des économies européennes face à l’USA et aux restes du monde.

Tout au début 2002 était le moment bien venu de "" où l’EURse mit à circuler aux marchés, alors, c’était le moment de la lune de

miel pour les 12 nations européennes, comme une vraie nouvelle émergence, la première zone économique et monétaire d’Europe surgit forte et solide sur le plan mondial. Dès lors, la nouvelle vie de cette jeune famille recomposée se déroulait sous la contrainte du contrat de mariage, en plus avec la notion des biens séparés. Mais au commencement, elle a marqué des coups très dynamiques et a attiré l’intention de tous les investisseurs internationaux : "" était très apprécié, après le $, le "" est devenue la principale monnaie de réserve; la devise la plus utilisée sur le marché financier; la principale devise traitée sur le marché des échanges.

Normalement, une famille vit sous le même toit, il faut qu’elle partage la joie et le souci, pour le meilleur aussi pour le pire. Selon les règles du contrat des régimes matrimoniaux, chacun gère ses propres capitaux et rembourse ses propres dettes. Mais attention, si une famille unie, il faut que la vie conjugale soit stable et prospère, alors sans avoir la solidarité minimale, comment peut-on assurer le bonheur de la famille, vu que la vie normal sous le type de contrat conditionné?

Oui, peut-être, si les responsabilités et les obligations étaient bien rempliées, et surtout, si tout le temps où l’air était frais tout autant du temps de la fête, en plus si tous les jours s’épanouissaient comme des roses sans la crise grise… aussi, si l’on prenait des précautions pour que chaque membre de la famille soit suffisamment protéger et assurer, ensuite pouvoir amener une qualité de vie normale et digne. Mais la crise, la crise est comme un monstre fatal qui peut changer tout.

La crise n’épargne personne. Lorsque la crise grecque était soudainement survenue, comme le premier sérieux souci après le mariage des 12 pays, considère étant qu’un vrai danger qui menace la vie stable d’une Europe en couple. Depuis la crise en Grèce, la valeur d’"" baisse sans cesse. Dans une famille, si une crise financière (par exemple, une dette d’un ou l’autre conjoint) dérange la vie conjugale, même pour les couples ceux qui acceptent un pacte de l’indication des biens séparés, alors, le règlement y impose des obligations solidaires. La crise grecque pour l’Europe, c’est presque la même nature qu’une crise financière concerne un couple marié. Certes, l’Europe est une famille recomposée depuis que l’EUR a commencé son circuit sur tous les marchés il y a 9 ans. Devant la crise actuelle, une solidarité serait obligée, alors, sauver la Grèce, c’est de sauver le mariage de l’Europe, sinon, il risque d’atteindre un divorce. Le divorce, au sens du long terme, n’est jamais un élément joyeux.

La crise grecque n’est-ce pas une sorte de guerre monétaire ? La question est de savoir si à cause de cette crise, "" doit être affaiblie, et si "" devenait une monnaie mou, dans ce cas-ci, qui serait tirer le plus grand bénéfice, qui ira profiter de la dévaluation de "" ! Qui voudrait attraper le plus gros poisson dans les eaux de la zone "" tant que le "" soit instable ?

Aujourd’hui, la mondialisation est devenue un courant que semblant personne ne pourrait l’empêcher, alors, l’Europe face à des grands blocs économiquement forts : l’USA, le Japon, la Russie, la Chine, l’Inde etc. l’Union fait quand même la force. Sans la force de ""et la puissance de l’Europe, la situation européenne sera encore plus compliquée, sans la dynamique d’une Europe unie, chaque pays pourra avoir plus de faiblesses et difficultés, il est donc nécessaire que chacun concerné soutient le "" et l’Europe sans se lasser.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan
Journal
Élections étudiantes : le débat
Alors que les élections du Crous ont lieu du 6 au 10 décembre, quatre des principales organisations étudiantes débattent dans « À l’air libre » sur les sujets essentiels pour près de 3 millions d’étudiants en France : précarité, logement, alimentation... Sur notre plateau, Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, Jacques Smith, président de l’UNI, Paul Mayaux, président de la FAGE, et Naïm Shili, secrétaire national de L’Alternative.    
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau