bonvent
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 août 2010

Barbarie sans nom, Echec d'une opération male gérée

bonvent
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Barbarie sans nom, Echec total d'une opération male gérée

Cela se passe dans l’une des capitales du monde, à Manille !

Cela se passe sous les yeux du monde entier au travers d’une diffusion télévisée directe !

Cela se passe d’une manière atroce, terrifiante, effroyable, surtout avec beaucoup d’incompréhensions !

Ce drame est donc finalement noté sur le calendrier du 23 Août 2010, au centre ville de Manille aux philippines :

Une opération d’une prise d’otages s’est terminée par un bain de sang, causée 10 morts et 5 blessés.

Qui sont-ils ces boucliers humains?

Le 23 Août, c’est le dernier jour de leur voyage, pour ces 21 touristes chinois hongkongais, ils étaient heureux participants dans un groupe de voyage pour un court tour de 4 jours aux philippines. Selon leur programme de voyage, ils doivent prendre le vol au soir du même jour (23 Août) pour le retour à Hong Kong. Tout se passe normalement, à peu près 9h du matin, (heure locale) après une visite d’un parc au cœur de Manille, ils ont remonté dans le bus où ils sont pris en otage par un seul homme armé, un certain Roland Mendoza !

Qui sont –ils, ces chinois hongkongais ? Ce sont des simples touristes. D’après les sites web d’Hong Kong : Dans le bus détourné, où se trouvent 21 malheureux touristes hongkongais, les âges différents de 4 à 72 ans. Parmi eux, la plupart est en famille, il y a également 5 très jeunes touristes : une fillette de 4ans, un gamin de 10 ans, deux autres qui ont 12ans et une jeune fille de 16 ans.

Les touristes joyeux sont devenus soudaine victimes ou témoignages d’un tel cauchemar !

Qui est-il ce preneur d’otages

Ce preneur d'otages, Roland Mendoza était un ancien policier licencié dont son acte de prise en otage des touristes chinois, est purement pour arranger sa situation personnelle, c'est-à-dire pour négocier sa place perdue depuis quelques mois.

Où était sa place ? Sa place était dans le service de la police, il était connu parmi les meilleurs policiers. Et il croyait toujours que sa démission était trop injuste et alors, il a tenu ce bus et ces touristes chinois hongkongais comme bouclier humains pour négocier, soit disant la faute commise par son gouvernement sur sa situation professionnelle, il voudrait ainsi à forcer le gouvernement pour remettre en ordre sa réputation et le dommage financier causé.

Quelle absurdité ! Mais c’est la réalité en action, sous le regard du monde entier !

Pourquoi la négociation a-elle échoué ?Depuis 9 h à 15 h, c’est le temps de négociation ! La police avait donc largement de temps pour entamer une négociation sérieuse avec Roland Mendoza, cet homme lourdement armé. Si l’on croit aux sites d’informations d’Hong Kong: pendant plus de 10 heures, durant ce temps, la négociation entre le preneur d’otages et l’administration du gouvernement philippin se déroulent par 2 intermédiaires spécialisés.

Que se passe- t-il, pendant ce temps anxieux !

Pendant ce temps, 6 otages ont été délivrés dont 3 enfants et la mère des deux enfants parmi les trois, et 2 personnes âgées.

Pendant ce temps, le bus en otage a reçu des carburants pour l’air conditionné soit fonctionné normalement, et de la nourriture.

Pendant ce temps, l’administration du gouvernement a opposé la proposition d’un des 2 négociateurs ; en refusant directement l’exigence du preneur d’otages. En lui a répondu par une lettre qu’il n’y a pas question de céder son "chantage" et de récupérer son métier professionnel dans la police.

Surtout, pendant ce temps, la police a arrêté le frère du preneur d’otage, au contraire, lequel avait rendu le service au moment de négociation !

On ne comprend pas bien, pourquoi le sauvetage, se déroule sous les yeux du monde entier, d’une manière assez bizarre ?

Tout semble à un peu absurde et s’agissant de zone d’ombre. Mais quoi qu’il en soit, la réponse aussi directe de la part du gouvernement philippin au preneur de prise en otage, est assez rare aux règles de négociation. On peut y croire, cette stratégie de négociation était très male menée.

Les actions à la suite étaient aussi incompréhensibles à nos yeux :

Après des heures de négociation sans succès, les policiers essaient de casser les vitres du bus; mais le geste était également impuissant voire maladroit.

Les forces spéciales commencent à attaquer, d’abord par la porte devant du bus. Que nous avons vu (par l’écran), un policier tenait un marteau ordinaire pour frapper la porte principale, le résultat : on y voit laisser un petit trou et alors il a retourné vers arrière du bus et en frappant de nouveau...

A ce moment, on entend le bruit des fusils, on peut se demander: comment peut – on prendre une telle tactique pour détourner une telle situation?

Après le preneur d’otages a délivré 6 personnes, ils restent encore 16 otages (y compris un guide local) dans le bus. Au final, le preneur d'otages a été tué par la force spéciale philippine. Mais parmi les 16 boucliers humains, une opération cause 10 morts et 5 blessés, c’est sans doute, un grand échec !

La Chine a eu beaucoup de mal pendant ce temps. Malgré la bonne volonté de la part de Chine : "Nous voulons que tout soit fait pour garantir la sécurité et l'intégrité de nos ressortissants", mais enfin, on ne pourrait également pas éviter cette tragédie : 10 ont été tués, 5 blessés.

Lorsqu’on a suivi cette action de l’opération (par TV), on sent le froid dans le dos, le monde entier découvert en même temps cet acte terrifiant, effroyable et incompréhensible à la fois!

On nous laisse des questions et réflexions…Nous, vivons sur la terre de l’Europe, et nous avons peut-être plus d’assurances que les autres. Mais la vraie assurance n’est –ce pas, celle de la sécurité sur terre et celle la sérénité dans le cœur, et quand, la sécurité et la sérénité puissent –elles devenir comme la chaleur du soleil, partageable pour tous et toutes ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss