L’habileté ou la ruse de la diplomatie

Si l’on peut dire que la diplomatie est d’un art, par exemple, un art de la communication, c’est bien en ce moment qu’elle s’en montre. La diplomatie demeure souvent dans l’habilité et la ruse, peut-être, l’art aussi.

Hier, le 25 juin, dans l’après-midi, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov venait d’affirmer que Edward Snowden n’a pas traversé la frontière russe. Vers le soir, le président russe Vladimir Poutine a confirmé que Edward Snowden se trouve dans la zone de transit à l’aéroport international de Moscou.

Edward Snowden est à l’aéroport de Moscou mais sans traverser la frontière russe ? Quelle ironie! Est-ce que la zone de transit de l’aéroport d’un pays souverain est-elle une partie du territoire ? Oui et Non ! Selon le sens de certaines lois, à cette zone, on n’a pas besoin de visa d’entrée pour y circuler. En tout cas, la zone de transit est spéciale parfois, cela dépend de beaucoup d’éléments! Alors, monsieur Sergueï Lavrov a raison, monsieur Poutine aussi.

Et donc, monsieur Edward Snowden, ce jeune américain dont l’ex-consultant de NSA, soupçonné d’être espion de X, recherché par Washington, il venait de franchir le seuil de ses trente ans à Hong Kong, est entré dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou sans mettant ses pieds au sol russe.

Monsieur Sergueï Lavrov a également exprimé : nous jugeons tout à fait infondées et inacceptable les tentatives d’accuser la Russie d’avoir violé les lois des États Unis et voire d’avoir monté un complot, le tout accompagné de menace à notre encontre.

L’accusé  accuse son  accusateur. Ainsi les USAs n’ont pas pu à piloter cette affaire comme ils avaient souhaité.

Par ailleurs, du côté chinois, c’était aussi avec beaucoup de soin à anticiper des événements.

Les Etats-Unis avaient accusé le gouvernement de Hong Kong d’avoir l’intention de laisser passer Edward Snowden, mais ils ont enfin eu en double critique comme réponse : les autorités de l’île s’annonçaient qu’elles n’avaient pas obtenu le dossier américain pertinent à l’exigence de la loi de Hongkong pour l’arrestation de Edward Snowden, et donc il a quitté Hong Kong volontairement pour un pays tiers de façon légale et normale.

Entretemps,  par la voix de son agence officielle Xinhua, Pékin a haussé le don, en parlant des Etats-Unis comme « les plus grands voyous de notre temps. À cette heure-là, Edward Snowden est déjà quitté le territoire de Hong-Kong. Et selon l’habitude culturelle, la voix de Xinhua, n’a pas parlé pour rien dire.

l’affaire autour d’Edward Snowden, des systèmes de l’idéologie s’entrelacent, des puissances s’entremêlent,  c’est un peu comme sur une scène de la comédie, mais la comédie est bien évidemment de l’Art, un art théâtral. Et les acteurs principaux, sont bien dans leurs rôles: habiles et ruses. On voyait que les acteurs russes, sont très habiles, les acteurs chinois aussi, ils sont plutôt derrière le rideaux, mais efficaces.

Et les acteurs américains, semblent un peu rigides, ils accusent à la fois, la Chine et la Russie, formée une alliance au affrontement…mais sur la scène, les actes ne sont pas encore clôturés, tout peut arriver.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.