Boris Patentreger
Cofondateur d'Envol Vert & consultant en approvisionnement responsable
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 sept. 2019

Si, Leclerc contribue à la déforestation au Brésil

Réponse à Monsieur Michel- Edouard Leclerc. Si, le soja brésilien issu de la déforestation entre bien massivement dans vos magasins : en tant qu’aliment du bétail.

Boris Patentreger
Cofondateur d'Envol Vert & consultant en approvisionnement responsable
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 2 septembre dernier, en pleine crise des feux en Amazonie, le président directeur général de l’enseigne de distribution E. Leclerc -Michel-Edouard Leclerc- a publié son mot du jour via son blog. Il affirme que « Les magasins E.Leclerc n'importent pas non plus de soja ni de viande du Brésil puisque le groupement a privilégié un approvisionnement français. »  et de même pour les agrocarburants  ou le bois (pas d’importation du Brésil ou alors avec le label FSC pour le bois).

On pourrait dire bravo, quel effort de cette enseigne ! Oui on pourrait dire ça, surtout quand on voit l’Amazonie en feux, on se dit que ce serait même normal, mais malheureusement, il n’en est rien !  Aussi au nom de l’association Envol Vert que j’ai fondée avec Daisy Tarrier et qui œuvre pour la préservation des forêts et de leur biodiversité en Amérique latine et en France, je n’ai pas manqué d’interpeller en direct Monsieur Leclerc sur le dit-blog en lui exposant les raisons de son abus de langage, et de son traitement partiel et abusif de l’actualité. Malheureusement, dirons-nous, ce commentaire n’a pas été accepté par les services de communication du blog. Pourquoi ? Y aurait-il pas un manque de réel dialogue et transparence chez Leclerc !? 

En effet, l’affirmation de Monsieur Michel-Edouard Leclerc laisse entendre que l’enseigne E. Leclerc et les produits de ses magasins n’ont aucun lien avec les incendies du Brésil parce que ses approvisionnements sont français, or cela est faux et peut induire en erreur les consommateurs. Mr. Leclerc n’évoque ici que la provenance directe des produits que son enseigne commercialise : aucun soja ou viande du Brésil. Mais c’est mal comprendre le problème posé ou vouloir paraitre plus respectueux de l’environnement que la réalité.

En effet, le soja, l’autre celui pour l’alimentation du bétail, est la matière première agricole la plus importée en France et le Brésil est avec l’Argentine la principale origine de ce soja (quasiment exclusivement OGM en plus). L’Empreinte Forêt de la France est majoritairement liée au soja car la France importe massivement du soja OGM du Brésil pour nourrir nos élevages industriels de volailles, porcs ou vaches laitières. Et où est ce que l’on achète les produits finis issus de ces élevages français tels que le lait, les nuggets, les escalopes, les œufs ... ? Majoritairement au supermarché bien sûr !

Alors, nous à Envol Vert on aimerait savoir comment Leclerc - leader de la distribution et des prix bas – réussirait à ne vendre que de la viande issue d’élevages nourris sans soja du Brésil ?

C’est simplement impossible dans le contexte actuel de l’élevage en France.  Les élevages industriels de volaille notamment sont totalement dépendant en tourteaux de soja d’importation qui est l’un des aliments les plus protéique et le mieux assimilable par ces animaux. Le tourteau de soja, c’est en fait une super protéine pour faire grossir et vendre vite.

C’est une question si importante, que des groupes de travail dans les ministères et dans le secteur de l’agro-industrie travaillent dans le but de trouver une solution à ce problème du soja importé lié à la déforestation.

Pour rappel, la production de Soja en Amérique du Sud est considérée comme l’une des premières causes de la déforestation des écosystèmes tels que l’Amazonie ou la savane du Cerrado et du Gran Chaco. Une bonne partie de ce soja est produit sur des terres illégalement déboisées. C’est la principale cause, avec l’élevage bovin, des feux d’Amérique du Sud d’ailleurs.

Aussi pour conclure, la vérité est que les magasins Leclerc utilisent indirectement plusieurs centaines de milliers de tonnes de soja nécessaires à l’alimentation animale des produits qu’ils vendent. L’enseigne le sait. Et là encore, il ne s’agit plus d’obtenir une bonne traçabilité de l’origine des produits par les fournisseurs mais bien de demander à ce que soient suspendu l’usage de soja OGM sud-américains non responsable de l’alimentation animale.

Mr Leclerc, on vous demande donc d’effectivement comme vous le dite ne plus avoir de soja issu du Brésil qui rentre dans les produits que vous référencés, et dans l’alimentation des élevages qui fournissent la viande de vos magasins. Et ce tant que le soja brésilien sera un vecteur de déforestation.

On aimerait bien aussi avoir la réelle garantie que vous respectez la loi sur le devoir de vigilance, mais aussi connaissez l’origine du soja qui rentre dans l’alimentation animale. Avez-vous des cahiers des charges demandant du soja français ou au moins non issu de la déforestation ?

Nous attendons vos réponses afin que votre affirmation soit complète et réelle sinon enlevez au moins votre article du blog, par respect d’une vérité pleine et entière.

Pour plus d’informations sur ce sujet, je conseille les publications suivantes :

Boris Patentrenger

Cofondateur de l’association ENVOL VERT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala
Journal
Les agents de l’Assurance maladie sont au bord de la rupture
Des agents du service des indemnités journalières de l’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis dénoncent leurs mauvaises conditions de travail qui engendrent des retards dans le traitement des dossiers et le versement des indemnités dues. Ils réclament plus de reconnaissance, des embauches pérennes et de l’avancement.  
par Faïza Zerouala
Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel

La sélection du Club

Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter