Borsalino
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 sept. 2021

Borsalino
Abonné·e de Mediapart

La Serpillère de Faratsiho : le Boulet de Trop pour un Régime en Débandade

...celle qui se fait aussi surnommer « la deuxième dame », commence à récolter en masse les dividendes d’années de hargne, d’aboiements et de mépris à l’endroit de tout ce qui bouge dans le pays, y compris à l’endroit du Chef d’Etat, et ce, même devant les caméras de la TVM...

Borsalino
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si certains implorent un cessez-le-feu vis-à-vis du lynchage médiatique et du déballage ciblant  aujourd’hui celle qui symbolise hautement la chute imminente du régime au million de doublons de Rajoelina, d’autres, et non des moindres, trônant au cœur même de la DJ-sphère, boivent du petit lait et s’en frottent les mains de satisfaction de cet inopiné coup de pouce ironique du destin. 


En effet, celle qui se fait aussi surnommer « la deuxième dame », commence à récolter en masse les dividendes d’années de hargne, d’aboiements et de mépris à l’endroit de tout ce qui bouge dans le pays, y compris à l’endroit du Chef d’Etat, et ce, même devant les caméras de la TVM, et y compris à l’endroit du côtier de service qui nous sert de Premier Ministre, qui en voit des vertes et des pas mûres durant les réunions des conseils de ministres et de gouvernement.

Sa feuille de choux qu’elle croit être un journal, et dont l’évocation provoque chez plus d’un, la nausée, plus qu’autre chose, est aussi un vecteur de diffamation, connu dans le pays.
Celle qui se voyait la digne héritière de Ranavalona, et ayant, de tout temps, renié ses origines modestes et rurales, ne s’est révélée être, au final, ni plus, ni moins, qu’une insignifiante chienne en chaleur, un paquet d’immondices révulsant, une vulgaire spermophage de très bas-étage.

Personne, dans le système, n’ose rien dire de toutes ses frasques passées et actuelles, car elle pense que, considération faite des secrets d’état dont elle est détentrice, incluant non seulement les fraudes opérées durant les dernières présidentielles, mais également les rites sataniques d’un autre temps, comme l’enterrement vivant d’enfants dans les cours des palais d’Iavoloha et de Mahazoarivo, et dont elle menace qui le veut en permanence de révélations, si jamais elle venait à être remerciée, elle se trouve en parfaite sécurité. 

A l’instar d’autres canidés repus hantant les couloirs feutrés du Palais d’Iavoloha, elle a encore des mois de tranquillité devant elle, et c’est ce qui entraînera, incessamment, ce régime dans une inexorable chute.

Cependant, s’il décide de la garder malgré tout, ce régime doit, donc, oublier ses penchants racistes et les valider.
Ce régime (et le Bianco, au passage!) doit, également, s’accommoder du fait que la construction des centres régionaux de la culture à Mahajanga, à Fianarantsoa, à Toamasina et à Antsiranana aient tous été confiées, mystérieusement, à la même entreprise.

Ce régime doit, ensuite, assumer pleinement, ou mieux, expliquer, le fait que cette ministre soit (fait absolument unique à l’échelle planétaire !) une assistante parlementaire de la Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale pour la Province d’Antsiranana, en l’occurrence Jocelyne Maxime et celle du Député d’Antsiranana Merci. Ces informations, que se chuchotent entre eux, et non sans amusement, les employés de cette institution, relèvent du domaine purement public et peuvent aisément être vérifiées. Sur ces faits, nous avouons comprendre pleinement Madame la Ministre, oh pardon, Madame la serpillère de Faratsiho (son bien sympathique, mais bien oublié, village natal), car le vice, surtout s’il implique de la chair bien tendre et fraîche, coûte cher, et le ridicule ne tue pas!Le flegme dont semble faire preuve ce triste individu, qui entache la nation toute entière, est profondément déplorable, et prouve, une fois de plus, son peu de considération pour le genre humain.

Perdu dans un océan d’épreuves (famine et pauvreté extrême sévissant dans plusieurs régions du pays et non uniquement dans le sud, échec cuisant essuyé par la délégation malgache à Paris où il leur fut poliment demandé de rendre des comptes sur les façons dont ont été utilisés les dotations faites par la communauté internationale pour lutter contre la Covid-19, en 2020, assèchement inquiétant des deniers de l’état révélés notamment par l’éviction sans remplacement du Directeur Général du Trésor, inflation galopante du notamment à la remontée progressive du prix du pétrole, début de défection des alliés de toujours comme le parti AVI de Norbert Lala Ratsirahonana, qui sera sans doute suivi de celle du VPM/MMM de Hajo Andrianainarivelo qui ne décolère pas depuis que son parti s’est trouvé délesté du portefeuille des travaux publics, et surtout l’absence totale de financement pour un PEM qui, apparemment, a fait l’objet de beaucoup de  promesses d’ivrognes et de cocaïnomanes, mais qui, à mi-mandat, se trouve être plus un objet de spéculation que d’un projet sérieux de société ) qui les dépassent largement, les dirigeants de ce pays n’avaient pas besoin de se faire attacher à leurs pieds meurtris, un autre boulet-boomerang de si grande taille.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise