A la cité des « 3000 », l’éducation prioritaire est loin du compte

Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. A l’heure où M. Peillon annonce des réformes ambitieuses pour l’éducation prioritaire, la réalité en Seine-Saint-Denis est tout autre.

Le collège Victor Hugo d’Aulnay-sous-Bois bloqué Le collège Victor Hugo d’Aulnay-sous-Bois bloqué
Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. A l’heure où M. Peillon annonce des réformes ambitieuses pour l’éducation prioritaire, la réalité en Seine-Saint-Denis est tout autre. Au cœur de la cité des « 3000 » à Aulnay-sous-Bois, le collège Victor Hugo, classé ZEP, sensible et prévention violence, est en grève depuis une semaine pour dénoncer une nouvelle réduction de moyens. Aujourd’hui, collège mort, aucun élève présent dans l’établissement. Les parents bloquent l’entrée de l’établissement pour soutenir le mouvement entamé jeudi 6 février par les enseignants.

Les effectifs progressent, les moyens baissent, l’égalité recule. La réussite de nos élèves, déjà mise à mal par des difficultés sociales, est en péril. L’égalité des chances, promise par François Hollande lors de son discours du Bourget, est une nouvelle fois mise aux oubliettes. Malgré 60 % d’élèves boursiers et une progression des violences – agression d’un enseignant l’année dernière, parents et professeurs se sentent oubliés du Ministère qui leur promet beaucoup mais ne leur donne rien.  

La Direction Académique (DASEN), rencontrée hier à Bobigny, botte en touche ; le maire, en pleine campagne électorale, ne souhaite pas nous soutenir.

Le Thénardier de l’Education Nationale rend misérables les élèves de Victor Hugo. Mais qui sera notre Jean Valjean ? Envoyez vos candidatures au ministère !

 Les enseignants et les parents du collège Victor Hugo, Aulnay-sous-Bois, le 13 février. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.